Cinq raisons d’aimer (encore) David Bowie

David Bowie revient ce vendredi avec Blackstar, son 31ème album. A 69 ans, l’artiste incontournable des années 70 reste toujours dans le coup.

David Bowie revient plus que jamais audacieux. (Crédit photo : Jimmy King)

David Bowie revient plus que jamais audacieux. (Crédit photo : Jimmy King)

1. Bowie, toujours décalé

Écouter Bowie, c’est comme voyager en navette spatiale. Son opus de sept titres influencé par l’actualité internationale a le mérite de nous donner la bougeotte. De son style décalé, Bowie a sans cesse inspiré les générations. En 1974, il est désinvolte avec Rebel Rebel et dépravé en 1983 dans Let’s Dance. Et en 2016, il rempile avec Girl Loves Me, un titre anti-conformiste, qui fera parler de lui.

Blackstar s’annonce d’après The Times comme « l’un des projets les plus cinglés » de Bowie, enregistré avec des musiciens de jazz au studio Magic Shop à New-York, et puisant dans les influences électroniques de Kraftwerk, des pionniers allemands officiant dans la new wave.

2. Ses chansons restent d’actualité

Les tubes du chanteur anglais restent étonnement d’actualité. Le sexagénaire le plus actif de la planète pop commémorait en 2014 la Première guerre mondiale avec Tis A Pity She Was A Whore dans laquelle résonne le bruit des canons. Ce nouvel opus composé avec Kendrick Lammar en fond sonore défie les parieurs les plus extravagants. Sur ce 31e album, il innove. « Le but, c’était d’éviter le rock’n’roll », confie son producteur Tony Visconti.

Pour son dernier opus, Thin White Duke, le personnage qu’il s’est créé en 1976, avoue s’être inspiré des derniers événements, notamment Daesh pour son titre Blackstar. C’est ce qu’il a confié au magazine Rolling Stone. L’« étoile noire » en français, un titre intriguant, reprend dans ses paroles « le jour de l’exécution, seules les femmes s’agenouillent et rient. »

3. Le cinéma l’adore et le lui rend bien

Les réalisateurs en sont fous ! Classé au box-office en 2015, Seul Sur Mars, un film de Ridley Scott, compte parmi sa bande-son le titre Starman. Toujours dans la liste des films célèbres, la voix de Bowie (seulement) fait une apparition dans la bande originale du film de Ben Stiller, La vie rêvée de Walter Mitty (2013) avec Space Oddity. Issu de son deuxième album, c’est aussi le titre qui l’a propulsé auprès du public.

« Patrick ! C’est la chanson parfaite », c’est la phrase culte issue du long-métrage The Perks Of Being A Wallflower (Le monde de Charlie en version française), réalisé en 2012 par Stephen Chbosky. Il a fait fourmiller des milliers d’adolescents sur le titre Heroes diffusé pendant la scène du tunnel à bord d’un pick-up. Frissons garantis.

4. Il est aussi un acteur démentiel

En 2006, l’artiste interprète le personnage Nikola Tesla dans The Prestige (Christopher Nolan)

Bowie n’est pas seulement un chanteur culte, il est aussi un acteur talentueux. Et des étincelles, il en a fait dans Twin Peaks, la série réalisée par David Lynch. Il a buzzé en Thomas Newton, scientifique morbide (L’homme qui venait d’ailleurs). Mais ces dernières années, le sexagénaire perd du poil de la bête lorsque ses apparitions se limitent au registre musical. Sa chanson Putting Out Fire, hymne d’Inglorious Basterds, de Quentin Tarantino rend sa présence tant sonore que visuelle indispensable. Et ça tombe bien, son fils, Duncan Jones, est réalisateur de films (Moon, sorti en 2009). L’occasion de découvrir la fibre artistique de toute une famille.

5. Bowie, Britannique le mieux habillé de tous les temps

Du haut de ses 69 ans, Bowie reste indémodable. L’icône de la mode était élue en 2013 l’« anglais le mieux habillé de tous les temps » devant la reine Elizabeth I, à l’occasion d’un sondage pour la BBC. En mars 2015, la Philarmonie de Paris lui rendait hommage à travers l’exposition « David Bowie Is ». L’occasion de revisiter les différents styles de l’artiste changeant au cours des décennies. Ses costumes de scène montrent chacune des facettes de l’artiste : l’excentricité, le glamour, le disco jusqu’au côté androgyne assumé qui a rendu son style si singulier.

Blackstar, de David Bowie, sortie le 8 janvier, un disque ISO/Columbia.

 

Lucile Moy

Publicités