La Corée du Nord annonce un test réussi de bombe à hydrogène

La Corée du Nord déclare avoir testé pour la première fois une bombe à hydrogène, plus puissante que la bombe atomique.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un. Photo non datée. (crédit: wikimédia commons)

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un. Photo non datée. (crédit: wikimédia commons)

La Corée du Nord prétend avoir réussi le test d’une bombe à hydrogène miniaturisée. L’annonce a été faite mercredi 6 janvier à la télévision officielle: « Le premier essai de bombe à hydrogène de la République a été mené avec succès à 10 heures, le 6 janvier 2016, sur le fondement de la détermination stratégique du Parti des travailleurs. »
« Avec le succès parfait de notre bombe H historique, nous rejoignons les rangs des Etats nucléaires avancés » a ajouté le présentateur.
Si l’essai était confirmé, elle posséderait une arme plus puissante que la bombe atomique qu’elle avait testée pour la première fois en 2006.

Des condamnations unanimes

Peu de temps après l’annonce, l’essai a été vivement critiqué par la communauté internationale. La Corée du Sud, techniquement toujours en guerre avec son voisin depuis 1953, a condamné « fortement l’essai » et a promis de « faire payer le prix » à son voisin. Son allié américain a promis de répondre de « façon appropriée » aux « provocations » de Pyongyang.

Du côté des alliés de la Corée du Nord, la Russie a dénoncé une « violation flagrante » du droit international tandis que la Chine a appelé Pyongyang à « s’abstenir de toute action qui aggraverait la situation ».

Le Conseil de sécurité de l’Onu va se réunir

La France et l’Union européenne ont  « condamné » une « violation inacceptable des résolutions du Conseil de sécurité » de l’Onu. Les diplomates du Conseil tiendront dans les prochaines heures une réunion d’urgence à New York.
Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Otan, estime que la bombe H « sape la sécurité régionale et internationale ».

 

Guillaume Soudat