Quatre bonnes raisons de vous pencher sur la science en 2016

Une carte routière de la galaxie, des robots dans nos salons et des projets d’ascenseurs spatiaux… l’année à venir pourrait être celle d’avancées scientifiques spectaculaires. Quelques pistes pour garder un oeil dessus.

1.Un trou noir en vue et une carte interstellaire

Les trous noirs, un nom dont on entend souvent parler alors que personne n’en a jamais vu. Chose qui pourrait être derrière nous grâce au projet américain Event Horizon Telescope ou EHT. Un réseau de télescopes terrestres fonctionnant en parallèle avec des horloges atomiques et qui pointent tous vers Sagittarius A*, le trou noir le plus proche de la Terre. Prouesse technique qui validerait peut-être les équations d’Albert Einstein sur la relativité générale dont on fêterait le centenaire l’année dernière.  Grossièrement, si Einstein avait raison on devrait voir apparaître une distorsion de l’espace autour de ce trou noir, en l’occurrence ici , dû à sa masse très importante. Ne reste plus qu’à vérifier tout cela en image.

La voute céleste comme on pourrait la voir aux environs d’un trou noir. Crédit Alain Riazuelo - IAP

La voute céleste comme on pourrait la voir aux environs d’un trou noir. Crédit Alain Riazuelo – IAP

Autre avancée scientifique, nous pourrions obtenir une cartographie de notre galaxie, la Voie Lactée, en cas de succès de la mission Gaia de l’Agence Spatiale Européenne. Lancée en 2013, Gaia a observé une centaine de fois les milliards d’étoiles sur son itinéraire, analysant leurs positions mais aussi leurs vitesses de déplacement. En plus de découvrir des milliers, voire des millions, de nouveaux objets de notre Système solaire, le satellite fournira une cartographie partielle de la Voie Lactée. Un similis de carte routière interstellaire, qui apportera des clés de compréhension concernant la construction de notre galaxie.

2. L’intelligence artificielle pour tous

Longtemps un grand fantasme de science-fiction, l’idée de machines autogérées par des circuits électroniques sans intervention humaine se concrétise de plus en plus. Chef de file de l’intelligence artificielle, le programme Watson d’IBM. Un super-ordinateur qui s’est fait connaître du grand public en gagnant le jeu télévisé américain Jeopardy, un jeu de culture générale au cours duquel il a battu à trois reprises deux champions de l’émission. Depuis, Watson a bien grandi et a notamment appris le français pour les utilisateurs francophones. Désormais chaque utilisateur aura accès à la plateforme IBM qui entend restructurer le trafic internet pour offrir des résultats plus pertinents. Dans une vidéo de présentation, IBM imagine le futur de son champion informatique omniprésent dans nos sociétés de demain.

3. La robotique en famille

Petit frère de Watson, le robot Jibo a de moins grandes prétentions que son aîné et c’est pourquoi il pourrait se glisser dans notre salon très prochainement. Du haut de ses 30 centimètres, Jibo se destine à être le premier robot de la famille selon sa créatrice chercheuse du MIT Cynthia Breazeal . Après une glorieuse campagne de fonds levée sur IndieGogo (le projet a reçu près de 4 millions de dollars),  l’automate débarque sur le marché en mars/avril pour 749$ (694€) dans sa version de base et déjà, il est en rupture de stock. Plus qu’un simple objet connecté qui vous rappelle les rendez-vous de votre journée, Jibo est capable de créer du lien social par lui-même avec comme seule interface émotive un cercle lumineux. Fascinant certains, effrayant d’autres, le compagnon électronique certes très mignon sera à suivre de près et peut être sujet à de multiples débats quant au respect de la vie privée.

Le robot Jibo est conçu pour être un membre à part entière de la famille – Crédit: Jibo.com

4. Monter dans l’espace grâce au graphène

Superstar des matériaux du futur, le graphène multiplie les avantages et les louanges des scientifiques. Résistant plus de 200 fois que l’acier, très bon conducteur de chaleur et d’électricité… à l’origine de ce nouveau composé le russo-britannique Konstantin Novoselov et le néerlandais Andre Geim, récompensé il y a six ans par le prix Nobel de physique. A la base vu comme corollaire du silicium dans la fabrication de nombreux composés informatiques, les scientifiques voient à présent plus grand avec des perspectives d’ascenseurs spatiaux grâce à la standardisation d’un composé qui se révèle être facilement extractible. Pour l’anecdote, Geim et Nososelov ont découvert l’élément miracle en effeuillant des couches de carbone. Concrètement cela consiste à frotter une mine de crayon à papier sur du scotch pour obtenir des paillettes de graphène.

Monter dans l’espace grâce à un ascenseur n’est encore qu’un projet fou mais pourrait prendre consistance avec les propriétés incroyables du graphène. Crédit: Obayashi Corporation of Tokyo

Monter dans l’espace grâce à un ascenseur n’est encore qu’un projet fou mais pourrait prendre consistance avec les propriétés incroyables du graphène. Crédit: Obayashi Corporation of Tokyo

 

 

Skander Farza

Publicités