[FIPA] Chanter pour purifier son âme

C’est aux confins de la Russie qu’a été tourné Walaam – Klang der Russischen Orthodoxy, un documentaire au cœur du plus ancien monastère du pays.

Un chant unique au monde vibre tous les jours à Valaam, un archipel d’une cinquantaine d’îles du lac Ladoga dans le nord de la Russie, près de la Finlande. Au milieu de la neige et de la glace, c’est depuis le XIIe siècle que le monastère accueille cet univers religieux très secret. À l’occasion de la cérémonie de la nuit de Pâques, la fête des fêtes en Russie, le monastère de Valaam accueille les caméras de Denis Sneguirev et Andy Sommer pour un voyage inédit au sein de sa communauté.

Des hommes prêts à tout pour aller vers Dieu

Rénové il y a quelques années seulement, le lieu incarne le réveil de l’orthodoxie russe. Bien que la force des chants domine le documentaire, les moines en font toutefois partie intégrante. Une question s’impose comme le fil rouge de ce film : que sont venus chercher ces hommes dans cette vie monastique faite de solitude et de sacrifices ? Vêtus de noir et debout à 4 h 45, les occupants de Valaam ont un objectif commun : purifier leur âme. Cette volonté passe par une dissolution du moi, un renoncement total à sa propre volonté, à son libre arbitre. Le quotidien de ces hommes est monotone ; chaque jour, ils vaquent aux activités qui leur sont attribuées : cuisine, gestion de la bibliothèque ou artisanat. La vie au monastère se constitue uniquement de chant, de travail et de prière, un quotidien que beaucoup n’ont pas supporté. Coupés du monde, les moines sont menés par un guide spirituel français, d’origine alsacienne, Père Seraphim. Il leur montre la voie de la patience qui les mènera plus tard, à la paix intérieure.

Rénové il y a quelques années seulement, le monastère accueille le chant des moines depuis le XIIe siècle. (Crédit photo : Bel Air Média)

Rénové il y a quelques années seulement, le monastère accueille le chant des moines depuis le XIIe siècle. (Crédit photo : Bel Air Média)

Si leur objectif est de guérir leur âme, la musique est le chemin qui les emmène vers l’apaisement. Les chants sont considérés comme une porte d’entrée vers le monde spirituel. Par la musique, les moines expriment leur abandon complet à Dieu. Pour les y aider, une cantatrice du théâtre Mariinsky à Saint-Pétersbourg se déplace spécialement du continent.

Dans un univers où architecture, broderies et fresques célèbrent Dieu, Walaam – Klang der Russischen Orthodoxy invite à un voyage dans une orthodoxie russe d’un autre temps.

Emilie Unternehr

Publicités