Tamara Greboval : un parcours hors du commun

Trois ans après l’ouverture de son atelier au Port de Nice, Tamara Greboval revient sur les années qui ont précédé l’aboutissement de ce projet.

Fin 2012, Tamara a ouvert son atelier, L'atelier de Tam (www.latelierdetam.com), face au port de Nice. Elle propose des cours de cuisine à partir de 19 euros. Crédit photo : Djenaba Diame

Fin 2012, Tamara a ouvert son atelier, L’atelier de Tam (www.latelierdetam.com), face au port de Nice. Elle propose des cours de cuisine à partir de 19 euros. Crédit photo : Djenaba Diame

« Jamais de regrets« . C’est la devise de Tamara Greboval, gagnante du Championnat de France de cuisine amateur en 2011 et participante à l’émission culinaire MasterChef l’année suivante. Aujourd’hui, elle baigne toujours dans sa passion. Depuis l’ouverture de son atelier au port de Nice, les clients ne manquent pas. Retour sur son parcours.

 

Des bancs de la fac à la Coupe de France

Tamara est une amoureuse de la cuisine « depuis toujours » et, heureusement pour elle, le talent va avec. Originaire de Cannes, elle quitte la ville pour Nice après l’obtention de son baccalauréat au lycée Carnot. Elle rejoint les bancs de la fac de médecine, poursuit des études en biologie puis en biochimie. Elle opte finalement pour un master en administration des entreprises et suit également une formation en informatique de développement. Après quelques mois en tant qu’ingénieur chez Pepsi, à Paris, elle revient sur la Côte d’Azur pour devenir responsable administrative et financière. Ce fut également le moment de concrétiser sa passion en participant à ses premiers concours.

La victoire de la Coupe de France amateur 2011 : un tournant dans le parcours de Tamara. Après une série de concours (Poêlon d’Or, la Cuillère d’Or, Concours science et gastronomie), Tamara tente sa chance à la Coupe de France amateur en 2011. «  J’avais envie de me tester, de voir si je pouvais faire ça de façon pro« . Le défi est de taille mais il en vaut la peine car il sera couronné de succès. Une véritable « surprise » qui pousse Tamara à suivre sa vocation sans réserve.

 

L’atelier de Tam

Ouvrir son propre atelier ? Un nouveau challenge pour Tamara. Elle se lance rapidement dans les préparatifs en parallèle de son emploi. Pourtant, elle appréhende l’ouverture, notamment à cause d’une campagne de communication insuffisante. « On s’est un peu moqué de moi« , avoue-t-elle avec le sourire. La jeune femme décide alors de s’inscrire à MasterChef, au dernier moment.

L’aventure Masterchef, qu’elle quitte avant la finale, lui permet une « bonne opération de com« . Avant de revenir s’installer à Nice pour y ouvrir L’atelier de Tam, elle effectue une formation au prestigieux institut Paul Bocuse. Une expérience extraordinaire dont elle se souviendra, « ce qu’on y apprend c’est l‘excellence. Cétait un rêve« .

Et le rêve dure, la jeune femme vit aujourd’hui sa passion pleinement et se voue entièrement à la cuisine dans son atelier où elle passe la plupart de ses journées. Toute la semaine elle y accueille des amateurs sur réservation. De la cuisine traditionnelle, de la pâtisserie ou des cosmétiques bio, les clients ont le choix. Avec Tamara, ils apprennent à réaliser de façon simple les recettes les plus originales. Elle propose également une formation en ligne pour les plus ambitieux. Contente d’en être arrivée là, l’entrepreneuse est confiante pour l’avenir, “c’était du boulot mais j’ai passé le cap des trois ans. On dit qu’une entreprise qui a passé trois ans continuera à prospérer”.

Elle décrit son parcours comme une succession de surprises. « Je n‘aurais jamais imaginé faire autant de choses et encore moins ouvrir mon propre atelier« . Des surprises il y en aura d’autres, elle en est persuadée. Tamara a des projets plein la tête.

Djenaba Diame

Publicités