[WEBFOLIO] Agriculteurs français, la contestation ne faiblit pas.

PARCE QUE CET ASPECT DU JOURNALISME REPRÉSENTE SON AVENIR, BUZZLES A SOUHAITÉ DÉVELOPPER SA DIMENSION PARTICIPATIVE. LE PRINCIPE EST DE CONSTITUER UN PORTFOLIO BIMENSUEL SUR UN SUJET AYANT FAIT L’ACTUALITÉ, EN PARTANT À LA RECHERCHE DE PHOTOS AMATEURES SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX. CE QUI PERMET D’OBTENIR DES PHOTOGRAPHIES DE SOURCES DIVERSES ET DONNE AUSSI L’OCCASION À DES UTILISATEURS DE VOIR LEURS CLICHÉS PUBLIÉS SUR BUZZLES, ET DONC DE PARTICIPER À LA DIFFUSION DE L’INFORMATION.

Les agriculteurs français sont en colère. Cela fait maintenant presque un mois que les éleveurs français se mobilisent. Ils veulent défendre leurs intérêts au milieu d’une crise agricole dont ils craignent qu’elle les tue peu à peu. Cet été déjà, les agriculteurs avaient fait part de leur mécontentement. Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture avait alors organisé une table ronde avec la grande distribution et les abattoirs français. Un accord avait été conclu et chacun avait promis de faire des efforts en augmentant les prix d’achat de la production agricole. Aujourd’hui, pour les agriculteurs, les promesses ne sont pas tenues. Les prix sont toujours en dessous des coûts de production, de quoi menacer les exploitations agricoles. Selon la FNSEA, principal syndicat agricole de France, les éleveurs perdent chacun 6 000 euros par semaine avec les cours actuels.
Mais ce n’est pas tout. Pour les agriculteurs, il faut un meilleur étiquetage des produits français. Ils demandent aussi au gouvernement d’agir au niveau européen, pour mettre en place une réelle harmonisation des normes sociales, environnementales et fiscales. Pour les éleveurs français, l’actuelle absence d’harmonisation explique leur manque de compétitivité face aux pays concurrents de l’Union.
Mercredi 17 février, Manuel Valls a annoncé devant l’Assemblée Nationale la mise en place de deux mesures d’urgence : une baisse des cotisations de sept points, alors que la FNSEA réclamait une diminution de dix points, et une année blanche en termes de cotisations pour les agriculteurs à faibles revenus. Un bon début mais toujours pas satisfaisant pour les éleveurs.

Selon un sondage BVA, 84% des Français soutiennent la mobilisation des agriculteurs. Sur les routes de France, vous avez été nombreux à vivre cette colère agricole et à partager vos photos sur les réseaux sociaux. Buzzles a sélectionné pour vous une partie de ces clichés amateurs.

Laure Le Fur
Kimberley Mangin
Thomas Wolloch

Publicités