Une dernière larme…

Une gueule d’ange dans un sport de brute. Alexis Vastine représentait cette classe que personne ne possédait. Un homme décrit par ses amis comme attachant, sensible, toujours le sourire aux lèvres.

Mais la vie ne l’a pourtant jamais épargné, surtout en cette journée du 9 mars 2015. Un an maintenant qu’Alexis Vastine est mort dans le crash d’un hélicoptère durant le tournage d’une émission pour TF1 à l’autre bout du monde.

Visage fin et regard bleu, Alexis Vastine n’avait pas la gueule cassée d’un boxeur. « Dès qu’il sortait du ring, il se regardait dans le miroir pour constater les dégâts, mais c’était un merveilleux technicien. Les coups ne passaient pas. » se souvient son père pour Paris Match. Sur cinq frères et sœurs dans la famille Vastine, quatre ont les gants aux poings… son père, entraîneur de boxe, amène rapidement ses enfants sur les rings. Alexis était particulièrement doué. «Dès ses 6ans, Alexis avait déjà d’énormes capacités. Il voulait combattre. A cet âge, c’était interdit et même jugé dangereux. Je l’ai fait monter sur le ring avec la licence de son frère. » précise son père Alain aux journalistes de Paris Match.Tous les week-ends, la famille grimpe dans la voiture allant aux quatre coins de la France à la recherche de trophées…

La France a appris à le connaître aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008 alors qu’il avait 21 ans. De nombreux espoirs sont portés sur lui pour la plus belle des médailles. Mais l’arbitrage en décide autrement en demi-finale sanctionnant Vastine à deux reprises, l’accusant de s’être trop accroché à 19 secondes de la fin. Une décision qu’il ne digérera jamais. « Cette boxe-là, ça me dégoûte… Je n’étais pas là pour le bronze, je voulais la finale et gagner» commente-t-il après le combat au micro de Canal +.

La même année, il rentre dans l’armée dans le 121ème régiment du train avec lequel il défilera en tant que brigadier-chef sur les Champs-Elysées lors du 14 juillet 2014.

Des JO 2012 douloureux 

Les JO de Londres en 2012 sont une revanche, l’envie de monter sur la plus haute marche du podium, mais en quart de finale face un adversaire plus faible que lui l’histoire se répète, l’arbitre déclare son adversaire vainqueur. Le public anglais siffle, Alexis s’écroule sur le ring en larmes et ne veut plus en descendre.

Le post-Londres est très douloureux, il pense à tout arrêter, raccrocher les gants. Il tombe dans la dépression, dans la boulimie et l’alcool. Il pense à mettre fin à ses jours …Le jeune boxeur tente de cacher ses dérives à ses proches. « Je voulais les préserver. Ce qui ne les a pas empêchés de deviner que je partais en vrille. Aujourd’hui, je leur présente mes excuses. M’être déçu, c’est une chose. Avoir déçu ceux qui m’aiment, c’en est une autre. J’ai conscience d’avoir fait du mal à mon entourage », s’était-t-il expliqué après être parvenu à se sortir de cette mauvaise passe. « Je voyais bien sa descente aux enfers, souligne son père dans son long interview accordé à Paris Match.

« Quand il venait à la maison, je lui faisais remarquer qu’il était en train de devenir une épave. Il repartait de chez nous en pleurant. »

Alexis Vastine retrouve le sourire en janvier 2014. (Crédit photo : Presse Sports)

Alexis Vastine retrouve le sourire en janvier 2014. (Crédit photo : Presse Sports)

 

Mais en janvier 2014, pour une raison inexpliquée, Alexis panse ses plaies, transformant ses blessures intimes en force et se remet au travail avec les Jeux Olympiques de Rio en tête. Il perd les 7 kilos de son ancienne vie d’excès et devient champion du monde militaire pour la quatrième fois de sa carrière.

L’aventure Dropped

Un malheur vient alors frapper sa famille en janvier, sa petite sœur Célie est tuée dans un accident de la route à l’âge de 21 ans. Il décide alors d’accepter de participer à une émission de TF1,« pour elle » et surtout pour « fuir le chagrin». Il s’envole pour l’Amérique du Sud avec de nombreuses stars du milieu sportif, une émission pour se dépasser, avec l’envie de gagner.

Avant de partir en Argentine, il avait plaisanté avec son entraîneur, des propos repris par l’Equipe : «  La seule chose qui pourrait m’arrêter, ce serait con, c’était si je mourrais au milieu de la jungle, piqué par un scorpion ou un serpent, je déteste les serpents ! ». Il avait retrouvé le sourire grâce à l’émission, jusqu’à ce lundi 9 mars.

Ses nombreuses larmes ont laissé place à celles de la France entière. Deux hélicoptères, utilisés pour le tournage de l’émission Dropped, se percutent. Alexis est dans l’un d’eux. Lui qui avait toujours voulu rester amateur afin de conquérir l’or olympique, à Rio, ne pourra jamais réaliser son rêve. Une dernière injustice, la plus terrible de toutes, l’en a privé.

Un an que l’enquête a été ouverte et les familles des victimes attendent toujours des réponses. Certaines voix se sont levées comme celle du frère de Florence Arthaud, où plus récemment la soeur d’Alexis Vastine dans une lettre adressée à l’ancien patron de TF1, Nonce Paolini et au patron de ALP, la société de production de Dropped. Mais malheureusement, l’attente risque d’être encore longue avant de savoir pourquoi les deux hélicoptères sont entrés en collision…

Lou David

Publicités