Antibes ne veut toujours pas de Vauban

La ville d’Antibes lance une procédure de délégation de service public pour le port Vauban, premier port de plaisance d’Europe (en tonnage). Géré par une société anonyme d’économie mixte depuis 1971, le port semble bien parti pour retourner aux mains du privé.

Le port Vauban et sa gestion reviendront à la ville en 2021 après avoir passé 50 ans en gestion mixte, tout comme le port Galice de Juan-les-Pins qui reviendra à la ville en 2017. Une gestion que la mairie ne veut en aucun cas assumer, surtout à cause des places de grande et très grande plaisance qui font l’attrait du port : « on n’a pas la capacité de le faire, il n’appartient pas au maire d’une commune, ni à son premier adjoint d’aller négocier avec les milliardaires du monde » souligne Éric Pauget, premier adjoint au maire et président de la capitainerie d’Antibes.

Le port tel que nous le connaissons est géré par un système d’amodiataires, une multitude d’investisseurs qui, en échange de leur contribution à la construction du port, jouissent de leur place sans reverser de contrepartie à la mairie. Une situation pas très favorable pour la ville selon Éric Pauget, qui souligne que « l’infrastructure Port Vauban, ce sont 700 emplois directs, c’est un poumon économique très important pour la ville d’Antibes et pourtant, on a un retour économique très faible, le port ne nous rapporte que 450 000 euros par an ». Un chiffre insuffisant pour la mairie qui souhaite faire du nouveau contrat du port un élément essentiel pour pallier la baisse de la dotation globale de fonctionnement allouée par l’Etat. De plus la mairie ne veut pas simplement louer le port, elle veut le projeter dans les 50 prochaines années pour le rendre le plus attractif possible. En plus d’une augmentation de la redevance annuelle, la mairie veut une proposition ambitieuse : « trop lourd en investissements, en travaux, on parle d’un projet qui se chiffre entre 250 et 300 millions d’euros, c’est bien trop pour les finances de la commune », estime M. Pauget.

Le périmètre géographique concerné par la délégation est a minima de 460 000 m2 (Crédit photo : Cahier des charges de la DSP)

Le périmètre géographique concerné par la délégation est a minima de 460 000 m2 (Crédit photo : Cahier des charges de la DSP)

Après avoir publié le cahier des charges pour la reprise du port par un possible délégataire, il y a de ça un mois, la ville va lancer un appel d’offre dans les prochaines semaines. L’entreprise qui remportera l’appel d’offre aura le choix entre la gestion des deux ports ou celle du seul port Vauban, « on pense qu’il y en a 4-5 qui sont susceptibles de gérer une telle infrastructure », présume le premier adjoint. Le cahier des charges très souple (dénoncé par l’opposition, comme on l’entend dans le témoignage ci-dessous) permettra selon le président de la capitainerie de faire émerger des projets novateurs. Une souplesse voulue par l’équipe du maire Jean Leonetti qui ne sait pas vraiment ce qu’elle peut attendre des entrepreneurs, puisqu’ « il n’y a pas de précédent en matière de fin de concession sur la côte, mais le cas d’Antibes fera jurisprudence, on est les premiers d’une longue liste ». Un cahier des charges qui fait tout de même débat entre la majorité et l’opposition à l’instar de Michèle Muratore, élue PS à la mairie d’Antibes :

L’ambition de M.Pauget est de faire du port Vauban « le port du 3ème millénaire ». L’adjoint rêve d’un port propre et surtout connecté : « la première orientation du projet est environnementale, Vauban a été classé port propre et il le restera c’est très important pour nous. Maintenant on vaudrait un projet lié aux nouvelles technologies, l’idéal serait que le port Vauban soit l’ouverture à la mer de la technopole de Sophia Antipolis ». Le choix de l’entreprise pour la gestion du port aura lieu après études des propositions aux alentours du mois de juillet. En ce qui concerne les propositions, la mairie espère en recevoir une dizaine. D’ici là, Buzzles suivra l’affaire pour vous.

Adrien De Volontat

Sylvain Poulet

 

Publicités