Quark, la web série made in Nice Sophia Antipolis

Du 21 au 22 mars 2016 se tenait à Paris la septième édition du Web Program Festival au Théâtre du Gymnase à Paris. En lice dans la prestigieuse catégorie professionnelle, QUARK une web-série créée par David Nguyen, ancien étudiant à l’Université Nice Sophia Antipolis. Même si la websérie n’a pas remporté de prix, son créateur n’en reste pas moins fier d’avoir pu prétendre à une telle compétition. Rencontre.

L’histoire QUARK voit le jour début 2015 sous l’impulsion de David, à l’époque étudiant en théâtre. Passionné de cinéma, ce jeune comédien originaire de Marseille décide un jour de se lancer dans la réalisation, sans aucune qualification. « Je voulais créer un court métrage quand je suis arrivé à Nice, parce qu’en plus, j’étais dans une promo d’acteurs. Je voulais vraiment réaliser quelque chose, mais je ne savais pas autour de quoi exactement. » raconte le jeune homme. Une idée passe dans la tête de David : un thriller. Tout s’accélère en octobre 2014. A l’époque, une série d’agressions sur des étudiants autour de la faculté de Carlone défraye la chronique. « Ça m’a marqué, et puis je voulais parler d’histoire d’amour, d’homosexualité, et de sujets qui touchent les jeunes. Il ne me manquait que l’intrigue » explique-t-il. QUARK met donc en scène une bande de jeunes étudiants qui fait face à cette série d’agressions et qui cherche à démasquer le coupable mystère.

Si David n’avait aucune expérience dans la production, il a très vite appris les bases et méthodes de réalisation. Le jeune homme a utilisé un appareil photo Canon 1200D pour tourner les scènes de sa web série. « Ce n’est pas du gros matériel, à vrai dire, c’est le plus bas de gamme. Selon moi, on peut faire un film même avec un Iphone »  avoue-t-il.

David a aussi pu bénéficier de l’aide d’Anissa. Cette jeune étudiante en Info-Com à la fac de lettres de Carlone a toujours été attirée par les métiers de l’art et du cinéma. C’est donc tout naturellement qu’elle s’est greffée au projet. Elle aidait à l’organisation et au bon déroulement des scènes « Ça a été une superbe expérience, et si c’était à refaire, je le referais sans hésiter ! » déclare-t-elle, nostalgique.

La bande-annonce de QUARK :

Des étudiants de Nice Sophia Antipolis au service du projet

Une fois le scénario trouvé, David a donc organisé des auditions à Carlone, campus de la filière Lettres, Arts et Sciences Humaines de l’Université Nice Sophia Antipolis, afin de trouver les acteurs de sa web-série. Étant en licence de théâtre, il a été facile pour lui de trouver les acteurs principaux. Comme Line, étudiante en théâtre et qui est habituée à l’exercice de la comédie : « Je joue le rôle de la peste, ce qui ne me ressemble pas du tout, mais c’était intéressant de le faire ! ». Nikolas, lui, qui joue le frère de Line à l’écran, était totalement novice. Étudiant en psychologie, il ne connaissait pas David. « J’ai entendu parler du projet de web-série, c’était quelque chose que je n’avais jamais fait. Je suis assez timide et réservé mais j’avais envie de voir ce que j’étais capable de donner ».

De gauche à droite : Line, Anissa et Nikolas (Crédit photo : Sarah Mannaa)

De gauche à droite : Line, Anissa et Nikolas (Crédit photo : Sarah Mannaa)

Quentin tient un des rôles principaux de la web-série. Également étudiant en théâtre, il n’a pas hésité une seconde à se lancer dans l’aventure QUARK quand David lui a proposé le rôle. « J’avais envie de découvrir ce que c’était de tourner pour un rôle important dans une série. »

Face à la charge de travail qu’a demandé la première saison de QUARK, dont tous les épisodes ont étés tournés mais pas encore tous mis en ligne, David qui dorénavant vit à Paris pour se lancer dans la comédie, n’envisage pas une seconde saison : « C’est un gros projet qui a duré six mois, c’était très intense. On a réfléchi à une suite, mais je ne veux pas me lancer dans quelque chose pour l’instant. » Si tous doivent retenir quelque chose, c’est bien la solidarité qui a porté ce projet. David se dit comblé d’avoir ainsi pu partager tous ces moments : « On a vraiment tous appris dans ce projet, bien plus que pendant notre licence théâtre. Apprendre sur le tas c’est quelque chose d’énorme. Je suis content d’avoir fini le projet avec les mêmes personnes. » Quant aux acteurs, ils en ressortent grandis et signeraient à nouveau, sans hésiter, pour continuer l’aventure.

Sarah Mannaa

Publicités