[CDE] La réalité virtuelle s’introduit aussi dans le journalisme. Avec quelle plus-value pour l’info?

La réalité virtuelle en journalisme : oui, mais pas avec tout

Depuis maintenant une semaine, le journal flamand De Standaard a lancé l’application DS360, une application de réalité virtuelle en vidéo à 360°.

Imaginez : vous êtes assis dans votre fauteuil, au chaud chez vous. Et pourtant, vous êtes dans les tunnels bruxellois. Ou dans un stade de foot. Ou même sur scène, pendant un concert. Physiquement, vous êtes chez vous, mais, grâce à la réalité virtuelle, vous êtes ailleurs.

Comment ? Il faut se munir de lunettes spéciales, qu’on appelle cardboard, dans lesquelles on insère son smartphone. Ensuite, l’application téléchargée fait le reste : le téléphone détecte quand on tourne la tête et l’image suit le mouvement, comme si l’on était physiquement sur place. On contrôle ce que l’on voit, en fonction des mouvements de la tête, et un système de lentilles spéciales augmente l’impression d’immersion.

La réalité virtuelle, ce n’est pas nouveau. Elle est de plus en plus présente dans les domaines du jeu vidéo, du divertissement ou même de la pornographie. Mais que peut-elle apporter au journalisme et à l’information ?

Arthur Lejeune, de l’IHECS à Bruxelles.

Cet article vous est proposé par le Carrefour des Écoles, un projet d’échange entre plusieurs écoles de journalisme qui vise à mettre en valeur les productions d ‘ étudiants du monde entier.

 

Publicités