[CDFI#3] La montée de l’extrême-droite en Autriche

COUP DE FIL INTERNATIONAL EST UN NOUVEAU FORMAT DE BUZZLES PRÉSENTANT EN VIDÉO L’ACTUALITÉ D’UN PAYS À TRAVERS LE TÉMOIGNAGE, NÉCESSAIREMENT PARTIEL, D’UN DE SES CITOYENS. POUR SON NOUVEAU NUMÉRO, COUP DE FIL INTERNATIONAL S’EST INTÉRESSÉ AUX ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES EN AUTRICHE. NOUS AVONS RENCONTRÉ SARA NOEMIE PLASSNIG, ÉTUDIANTE EN JOURNALISME. ELLE FAIT UN RETOUR SUR LA MONTÉE EN PUISSANCE DE NORBERT HOFER, PRÉSIDENT DU FPO, PARTI D’EXTRÊME-DROITE. ELLE NOUS PROJÈTE AUSSI SUR LE NOUVEAU PRÉSIDENT, ALEXANDER VAN DER BELLEN.

Les présidentielles en Autriche se sont closes le 22 mai. A l’issue du premier tour, Norbert Hofer du FPÖ, et Alexander Van der Bellen des Verts furent les deux candidats favoris. Un scrutin historique puisque pour la première fois il n’opposait pas les deux partis habituels que sont le parti social-démocrate (SPÖ) et le parti populaire (ÖVP).

Cependant, l’Europe entière était terrorisée face à la montée en puissance de Norbert Hofer, président du parti d’extrême-droite. Car, pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale, une formation d’extrême droite arrivait en tête du premier tour avec 36,4% des voix. Pour cause, le pays fait face à des problèmes sociaux et économiques qui le déstabilisent profondément.

De plus, si Alexander Van der Bellen a été élu président, ce n’est pas avec une majorité écrasante, loin s’en faut. Il comptabilise 50,32% des voix, ce qui montre que les problèmes persistent et que la population est partagée. Sara Noémie Plassnig revient sur les élections.

 

SARA NOEMIE

Sara Noémie Plassnig est revenue sur les élections. (Crédit Photo: Facebook)

Maïlys Belliot

Mariette Guinet

Virginie Ziliani

Julie Dos Santos

Margot Desmas

 

Publicités