Hollande revoit à la baisse les privilèges des anciens présidents

Le décret est passé inaperçu. Deux semaines après la révélation par Mediapart du coût des ex-présidents de la République, le gouvernement annonce la diminution progressive des avantages réservés aux anciens locataires de l’Elysée. Film étendard de la constestation contre la politique brésilienne, et oeuvre féministe déjà culture en Amérique Latine, Klerber Mendonça Filho signe avec Aquarius sont deuxième film après Les bruits de Recife en 2012. Il est dans les salles française depuis mercredi 28 septembre. Buzlles vous eclaire sur ce film… qui a fait des vagues. 

Le 20 septembre dernier, Mediapart  révélait le contenu d’un rapport confidentiel remis en 2014 par la Cour des comptes et le Conseil d’État, à la demande de François Hollande. Selon le rapport, les anciens présidents Valéry Giscard-d’Estaing, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy coûteraient chaque année 10,3 millions aux contribuables. 

Selon le schéma actuel, les trois anciens présidents bénéficient de 6 000 euros nets par mois, parce qu’il est « légitime que la République verse en toutes circonstances, une dotation financière à ses premiers serviteurs à l’issue de leur mandat », souligne la Cour des comptes. Mais ce n’est pas tout, cette dernière épingle les dépenses indirectes, telles que les personnels de cabinet (environ 1,8 millions d’euros par an), les appartements de fonction meublés, les deux personnels de maison, les sept collaborateurs, les deux lignes de téléphone … sans compter la gratuité des transports aériens, ferroviaires et maritimes, pour un montant de 912 667 euros. Les chauffeurs, deux par président, coûtent encore 377 000 euros de plus. De par leur statut, les anciens chefs de l’État disposent d’un système sécuritaire équivalent à 6,8 millions d’euros. Et enfin, les conjoints des anciens présidents décédés bénéficient eux aussi d’avantages.

valery-giscard-d%27estaing-1

Valéry Giscard-d’Estaing n’est plus en fonction depuis 35 ans. À ce jour, il est l’ancien président qui coûte le plus cher à la France. (Crédit : DR)

Et cela fait réagir le Président de la République. Le 4 octobre, François Hollande a fini par se plier aux recommandations de la Cour des comptes. Un décret publié par l’Élysée impose une diminution des moyens accordés aux anciens présidents.  Ainsi, « au-delà des cinq années qui suivent la cessation de leurs fonctions, il est mis à disposition des anciens Présidents de la République trois collaborateurs permanents », contre sept pendant les cinq années qui succèdent leur mandat. Autre point, le nombre d’agents de service, qui passe de deux à un, toujours selon le décret. La « mise à disposition (…) des locaux meublés et équipés, dont le loyer, les charges et les frais généraux sont pris en charge par l’Etat » est, quant à elle, maintenue.

Pour les anciens Présidents de la République investis « avant le 15 mai 2012 » le délai de cinq années sera effectif à partir de la publication du texte. En d’autres termes, Valéry Giscard-d’Estaing, Jacques Chirac, et Nicolas Sarkozy verront leurs ressources diminuées dès 2021.

Le rapport de la cour des comptes sur la situation des anciens présidents de la république est à consulter ici

Suite à la publication de l’article, Buzzles est allé à la rencontre des Cannois pour recueillir leurs réactions.

Virginie Ziliani

Julie dos Santos

Publicités