La grande histoire de la saga « FIFA »

La 23ème édition de la célèbre simulation de football éditée par Electronic Arts, sortie le 29 septembre dernier, devrait battre de nouveaux records de vente cette saison. Mais Fifa s’est longtemps cherché avant de devenir un produit commercial phare…

Fifa s’est imposé depuis quelques années comme la référence en matière de jeux de football. Mais le jeu qui s’appuie sur la licence de la fédération internationale, n’a pas toujours dominé les débats en matière de football virtuel, notamment avec la concurrence de PES.  Passant de 6 à 12 millions d’exemplaires dans le monde, les ventes des jeux FIFA ont doublé entre 2010 et 2013. Il s’agit même du produit culturel le plus vendu en France depuis 2014, devant le cinéma, la musique ou les livres. Fifa 16 était donc le premier produit culturel de l’année 2015  avec 1,3 millions d’exemplaires vendus en France.  En quinze jours seulement, Fifa 16 avait vu 326 millions de matchs disputés, pour un total de 1,5 milliards d’heures de jeu et 693 millions de buts marqués dans le monde! Fifa 17 devrait encore repousser les limites. Le « nouveau Fifa », sorti le 29 septembre dernier en est aujourd’hui à sa 23ème édition. Un record dans l’industrie des franchises du jeu vidéo. Chaque année, grâce aux réseaux sociaux et à une importante communauté, le lancement du jeu devient un véritable événement.

Du virtuel au réel 

formes-fifa

Les notes des joueurs sont modifiées chaque semaine en fonction de leurs performances réelles. (Crédit photo : Fifa gamer’s blog)

 

Pourtant, la série des Fifa semble moins médiatique qu’un film ou un album de musique. Mais le jeu développé par Electronic Arts est extrêmement présent sur Internet. L’éditeur nord-américain publie chaque semaine sur YouTube une compilation des plus beaux buts marqués par les joueurs du jeu, comme chez certaines émissions de sport. Le premier « Best goals of the week » de Fifa 16 a été regardé près d’1,8 millions de fois. Répartis sur 70 événements organisés en partenariat avec six clubs majeurs de Ligue 1, Electronic Arts a également créé un championnat de France officiel pour ses utilisateurs. La finale a même été diffusée en direct sur le site sportif lequipe.fr, et a été vue 50 000 fois. A la suite de ce succès, de nombreuses associations et tournois amateurs se sont créés, comme fifa-tournois.com, fifaversus.com, ou encore legend-fifa.com. Fifa cherche encore et toujours à abattre les frontières entre réel et virtuel. Depuis 2015, le jeu propose chaque semaine de rejouer des rencontres de championnat repris du calendrier officiel. Et depuis 2012 on trouve également des équipes mises à jour en fonction des résultats et des formes des joueurs, en fonction des vrais matchs, chaque week-end.

Le premier « Best goals of the week » de Fifa 16 :

 

Des débuts compliqués 

Pour s’imposer dans le monde de la simulation de football, la saga Fifa a passé deux décennies. Son premier épisode est sorti en 1993. L’éditeur américain développait déjà Madden et NHL, des simulations de football américain et de hockey sur glace. Il s’est ensuite intéressé à un sport majoritairement européen. Le premier opus est alors très remarqué à sa sortie en Europe. De nombreux championnats, des statistiques fouillées et une ambiance réaliste feront l’identité de la série. Fifa commence à prendre de l’importance dans la seconde moitié des années 1990, sur PlayStation. David Ginola, Fabien Barthez, Emmanuel Petit puis Thierry Henry, ont prêté leur image pour la jaquette des jeux. Mais la production de l’époque souhaitait en faire un jeu plus décomplexé, moins porté vers de la simulation réaliste. On y trouvait par exemple du football en salle, des codes de triche pour déformer les joueurs ou encore pouvoir plonger afin d’obtenir une faute.

pes6

La jaquette de PES 6. (Crédit photo: micromania.fr)

Electronic Arts cherchant à développer un jeu de football assez léger, c’est Pro Evolution Soccer qui s’impose comme la référence en matière de simulation footballistique. En 2005 par exemple, sur PlayStation 2, PES 6  devient un phénomène en s’écoulant à 1,6 millions de jeux vendus rien qu’en France. PES 5 et surtout PES 6 s’imposaient comme les produits culturels les plus vendus en France, à l’instar des jeux Fifa aujourd’hui. De nos jours encore, lorsque les grands amateurs de simulation de football parlent des jeux Fifa et PES, on entend régulièrement : « De toute façon le meilleur ça a toujours été PES 6 ».

Les années 2000, le changement 

En 2007, Fifa 08 introduit le mode « Deviens pro ». Le joueur peut désormais incarner et contrôler un seul et unique footballeur sur le terrain, au lieu de diriger l’équipe entière. Les consommateurs avertis de jeux de football commencent à changer de maillot. Fifa 08 représente un tournant dans la série des Fifa. L’aspect simulation est désormais palpable. L’ambiance des stades est réaliste et le mode « Deviens Pro » est une nouveauté très efficace. PES avait enfin un concurrent à sa mesure. L’équipe d’EA introduit ensuite le « dix contre dix » dans FIFA 09, et améliore les réglages de la simulation dans FIFA 10. Une défense remaniée, qui devient le socle de l’équipe. Il est plus difficile de marquer, le jeu devient plus réaliste.

Le « dix contre dix » est introduit dans Fifa 09 :

FIFA 11 marque le moment symbolique où le jeu réalise enfin son défi : jouer un « 11 vs 11 » avec possibilité d’incarner le gardien. Le rapport de forces avec PES s’inverse enfin, Fifa entame sa domination dans le monde de la simulation de football et voit sa communauté s’agrandir un peu plus chaque année.

L’histoire de Fifa de 1994 à 2016 en images :

 

Fifa 17 : entre nouveautés et controverses 

La 23ème édition semble être un nouveau tournant pour le jeu. A l’image d’un Fifa 12 dans lequel le gameplay avait été presque totalement repensé, surtout au niveau de la défense, et un nouveau mode carrière, Fifa 17 connaît également plusieurs nouveautés. L’une d’elles est le changement de moteur graphique. Cette année, comme les jeux Battlefield ou Star Wars Battlefrontles, les éditeurs bénéficient du moteur Frostbite Engine 3. Les joueurs sont mieux modélisés et semblent enfin avoir des émotions. On notera que les entraîneurs de Premier League ont également été modélisés pour le nouveau FIFA dans le cadre du contrat qui lie Fifa et le championnat anglais.

La nouveauté majeure de ce nouvel épisode, c’est bien sûr « L’Aventure ». Il s’agit là du premier mode de jeu avec un scénario dans un Fifa. « L’Aventure » propose donc au joueur d’incarner Alex Hunter, un jeune promis à un grand avenir en Premier League. Le joueur contrôlera la nouvelle pépite du football anglais sur le terrain, où il devra effectuer les meilleures performances possibles pour s’imposer dans son club. Mais Alex Hunter sera aussi incarné en dehors du terrain, puisque le joueur devra prendre des décisions pour faire avancer la carrière du personnage, à la fois sur le plan sportif et humain. Le jeune joueur devra également gérer ses réseaux sociaux mais aussi ses relations, que ce soit avec sa famille, ses amis, ses coéquipiers ou son entraîneur. Ce nouveau mode est une première dans l’histoire de Fifa et semble déjà convaincre tout le monde.

alex-hunter

Alex Hunter, lors d’une interview dans « l’Aventure ». (Crédit photo : footmercato.net)

 

Comme pour Fifa 12 donc, le mode « Carrière » de Fifa 17 a une nouvelle fois été repensé. Les objectifs du club seront établis en fonction de sa notoriété, à savoir le succès national, continental, le rayonnement de la marque, la gestion des finances et du centre de formation. De nouvelles sources de revenus et de dépenses ont été ajoutés, rendant le mode « Carrière » plus complet et plus réaliste. Cela forcera aussi le joueur à bien gérer son budget. Par exemple, il s’occupera des revenus des transferts, des prêts, des recettes des rencontres à domicile, des médias, de la masse salariale du club, des infrastructures du centre de formation ou encore des frais de déplacement. Il sera également possible d’effectuer un mode « Carrière » au Japon, avec l’arrivée d’un nouveau championnat dans le jeu, la Meiji Yasuda J1 League et ses 18 équipes. Les fans du jeu pourront être déçus et cette histoire n’améliorera sûrement pas l’image de la marque. Suite à son bel Euro, Electronic Arts a proposé à l’équipe d’Islande d’intégrer les équipes nationales du jeu pour la première fois. Mais l’offre financière était insuffisante pour les Vikings. « On n’accepte pas d’être maltraités. Ils offraient moins de deux millions de couronnes islandaises, soit 15 500 euros. On leur a fait une contre-offre, qu’ils n’ont pas accepté», avait déclaré le président de la fédération, Geir Thorsteinsson. Les fans pourront tout de même se consoler avec la fameuse célébration du « clapping », qui a bien été intégrée dans le jeu.

Thibault Sadargues

 

Publicités