Un pacte social pour peser sur l’élection présidentielle

Du 7 octobre au 5 novembre, une marche citoyenne a traversé la France. Organisée par le collectif #LesJoursHeureux, elle a rassemblé des citoyens désireux d’une autre société, plus juste, plus humaine. L’occasion pour Buzzles de revenir sur ce collectif qui souhaite peser sur les débats de la prochaine élection présidentielle de 2017.

Le collectif #LesJoursHeureux est né en décembre 2015, dans les montagnes du Vercors. Une région symbolique puisqu’elle fut le bastion de la Résistance durant la Deuxième Guerre mondiale. C’est d’ailleurs en visionnant un documentaire retraçant l’élaboration du programme du Conseil National de la Résistance (CNR) de 1944, que l’idée du collectif est née. Pour les fondateurs, l’objectif est clair : réactualiser les idéaux sociaux et démocratiques de ce programme. Un programme baptisé à l’époque « Les jours heureux », qui a donné vie à des principes fondamentaux du système social français, comme le renforcement de la liberté de la presse, la sécurité sociale la retraite par répartition ou encore la nationalisation des sources d’énergie et des grandes banques.

conseil_national_resistance_cnr_1944-1

Le programme du Conseil National de la Résistance, texte fondateur des acquis sociaux français, paru en mars 1944 (Crédit photo : D.R.).

Claude Alphandéry, ancien résistant, donne son avis sur le collectif #LesJoursHeureux :

Afin de réactualiser la lutte sociale des Résistants au sortir de la Guerre, #LesJoursHeureux mise à la fois sur l’initiative citoyenne et sur l’œil avisé d’experts dans des domaines divers tels que l’économie, le social, l’environnement, le journalisme, la santé, etc. Au total, près de 100 personnalités reconnues dans leur domaine proposent des alternatives et travaillent depuis un an sur la mise en place d’un pacte social en vue des élections présidentielles. Parmi eux : des journalistes comme Edwy Plenel, François Ruffin et Marie-Monique Robin, des philosophes comme Edgar Morin ou Dominique Meda, des artistes comme Coline Serrault ou Robin Renucci, des économistes comme Jean Gadrey ou Claude Alphandéry, mais aussi Christiane Hessel femme de l’indigné Stéphane Hessel, ou encore Corinne Lepage avocate et ancienne ministre de l’Ecologie. Le travail de ces experts a abouti à la mise en place d’un pacte, contenant 31 textes et 120 propositions pour une société du mieux-vivre. Un pacte qui sera soumis aux citoyens à travers un livre paru chez Actes Sud, intitulé « Et nous vivrons des jours heureux », disponible depuis le 5 novembre. « Mon mari souhaitait plus que tout que le CNR soit réactualisé, la société civile doit être aujourd’hui en mesure de prendre le relai des politiques pour faire aboutir un nouveau projet de société » s’enthousiasme Christiane Hessel.

et-nous-vivrons-des-jours-heureux

Le livre Et nous vivrons des jours heureux contenant cent vingt propositions destinées aux candidats à la présidentielle. (Crédit photo : D.R.)

Un « lobbying positif » pour peser sur la campagne de 2017

Le collectif #LesJoursHeureux est pourtant conscient de l’importance que revêt une élection présidentielle et le calendrier de son action n’est pas anodin. En publiant un pacte social à quelques mois de l’élection, les membres souhaitent créer une émulation citoyenne afin de faire pression sur tous les candidats. « C’est un pari, celui de faire du lobbying positif, résume Gilles Vanderpooten, qui a œuvré sur des propositions pour une information « libre, pluraliste et citoyenne ». Nous sommes dans une démarche d’influence, nous avons vocation à orienter l’agenda médiatique pour qu’il ne se cantonne pas aux enjeux sécuritaires ou identitaires. ». À l’instar du pacte écologique de Nicolas Hulot en 2007, le pacte social sera d’ailleurs remis à chaque candidat afin que tous se positionnent vis-à-vis de propositions concrètes telles que l’emploi et le travail, les inégalités et la pauvreté, la protection sociale, la transition écologique, énergétique et agricole, le logement, l’éducation, la santé et la justice, ou la reprise en main de la finance. Du 7 octobre au 5 novembre, le collectif organisait une marche afin de traverser la France et d’unir les citoyens désireux de changement. Espoir et utopie en bandoulière, ils ont marché 700 kilomètres au départ des Pyrénées-Atlantiques jusqu’à Paris où le livre Et nous vivrons heureux était présenté au public présent. Une marche essentielle pour Martin Rieussec-Fournier co-fondateur du collectif : « Pourquoi cette marche ? Parce que c’est important d’être derrière son ordinateur, c’est important de faire des clics pour des pétitions, mais c’est encore plus important d’incarner ce qu’on veut voir advenir ». En attendant l’échéance électorale, #LesJoursHeureux poursuit son action. Pour Fanny Charasse, co-fondatrice du mouvement, «il est urgent de construire une société démocratique et non oligarchique, une société transparente plutôt qu’opaque ». Une démarche ambitieuse, à la fois utopique et pleine de bon sens.

Léo Parmentier

 

Publicités