[WEBFOLIO] La « jungle » de Calais n’est plus

Parce que cet aspect du journalisme représente son avenir, Buzzles a souhaité développer sa dimension participative. Le principe est de constituer un portfolio bimensuel sur un sujet ayant fait l’actualité, en partant à la recherche de photos amateures sur les réseaux sociaux. Ce qui permet d’obtenir des photographies de sources diverses et donne l’occasion à des utilisateurs de voir leurs clichés publiés sur Buzzles, et donc de participer à la diffusion de l’information.

La « jungle » de Calais sans migrants… Après un an et demi d’existence, le plus grand bidonville d’Europe a été définitivement démantelé entre le 24 octobre et le 3 novembre dernier. Plus aucune habitation n’est visible au sol. Les tentes et les caravanes ont toutes été rasées, certaines mêmes réduites en cendres suite aux différents incendies qui ont touché la « jungle » la semaine dernière.

Au total, selon le ministère de l’Intérieur, 7 000 migrants ont été pris en charge, notamment dans les 450 centres d’accueil et d’orientation (CAO) répartis sur tout le territoire français. Pour les mineurs isolés, le problème est loin d’être résolu. Ils sont près de 1 900 à être dans une situation souvent délicate. En attente de solutions, certains sont accueillis au sein du Centre d’accueil provisoire (CAP) de Calais. À noter que 274 mineurs ont eu la possibilité de se rendre en Grande-Bretagne pour retrouver leurs proches. Des centaines d’autres mineurs attendent leur tour dans les prochaines semaines. Pour les autres, ils sont répartis entre les soixante CAO réservés aux mineurs. Ils pourront alors décider de rester en France ou de partir dans un autre pays européen.

Tous les migrants de la « jungle » n’ont pas été placés dans des centres d’accueil et d’orientation. Ils sont 1 700 à avoir été reconduits à la frontière pour « situation irrégulière », ne relevant donc pas du droit d’asile.

Certains d’entre vous étaient à la « jungle » de Calais avant ou même pendant ce démantèlement. Buzzles vous propose, à partir de vos images, de revenir sur cet événement marquant.

Laure Le Fur 

 Thomas Woloch