[CDFI#5] Colombie : « Non » au premier accord de paix avec les FARC

Pour cette nouvelle édition, l’équipe de Coup de fil International s’est intéressée au référendum colombien, survenu il y a quelques semaines. A la surprise générale, les citoyens ont dit « non » à la paix avec les FARC. Nous avons rencontré Mariana Leyva, avocate. Elle revient sur les circonstances et les enjeux de ce vote.

Le 2 octobre dernier, les Colombiens ont été appelés aux urnes pour se prononcer sur un accord avec les Forces Armées Révolutionnaires Colombiennes (FARCS). Le « non » s’est tout juste imposé avec 50,2% des voix contre et 49,8% d’avis favorables. Le résultat a surpris la communauté internationale et notamment l’ONU. En effet, les négociations ont été conclues sous l’égide de Cuba, de la Norvège, du Venezuela et du Chili, pays accompagnateurs. Fruit de quatre années de négociations, l’accord entreprenait de mettre fin à un conflit armé né en 1964.

Entre 1964 et 2016, le conflit aurait fait 260 000 morts, 45 000 disparus et 6 millions de déplacés. Il constitue, selon l’ONU, « la plus grande catastrophe humanitaire de l’hémisphère occidental ». Mariana Leyva, une Colombienne de 23 ans, s’est, elle, prononcée pour la paix avec le groupe armé. Elle revient avec nous sur cette nouvelle page de l’histoire de la Colombie.

Récemment, le gouvernement colombien et les FARC ont affirmé s’être entendus sur un nouveau traité de paix. Ce texte a pour objectif de préserver le précédent accord historique qui mettrait fin à 52 ans de guerre civile. « Le nouvel accord doit constituer un compromis entre tous les Colombiens qui contribue à dépasser la polarisation et rassemble toutes les expressions politiques et sociales » ont affirmé les deux négociateurs. Aucune précision n’a toutefois été divulguée à ce jour sur un nouveau vote de la population colombienne.

Virginie Ziliani

Julie dos Santos

Mariette Guinet

Maylïs Belliot

Margot Desmas

Publicités