Les cinémas ne craignent pas la vidéo à la demande

La vidéo à la demande (VOD) ne fait pas chuter la fréquentation des cinémas cannois.

« Plus les gens ont accès à la culture, plus ils s’y intéressent. » C’est ainsi que la responsable du cinéma « Les Arcades » définit la cohabitation de la vidéo à la demande (VOD) avec les salles obscures. La VOD facilite la consommation de films, sans pour autant affecter le nombre d’entrées dans les salles de cinéma. En France, en 2015, près de 200 millions de places ont été vendues, soit une augmentation de 1,4 % par rapport à 2014. La même année, Netflix, actuel leader de la VOD, apparaissait sur le marché français. Cette offre nouvelle et complémentaire place la culture sous le feu des projecteurs. La VOD a su séduire les inconditionnels du grand écran, qui bénéficient de la possibilité de regarder leurs films en salle ou depuis chez eux.

Les cinéphiles, ces VODistes

La VOD s’affirme comme un véritable allié pour les cinéphiles. Si certains la considèrent comme une simple alternative aux salles de cinéma, la majorité s’accorde à dire qu’il s’agit de deux phénomènes distincts. Une habituée du cinéma « Les Arcades » de Cannes s’est rendue ce mercredi à une projection. Cette sortie est un rituel hebdomadaire pour la jeune femme et son fils de trois ans. Elle est abonnée à plusieurs plateformes de vidéo à la demande mais ressent le désir de regarder des films sur grand écran. Pour elle, le cinéma est un loisir, l’occasion de partager un bon moment en famille. Lola, étudiante en art de 20 ans, se revendique comme une grande « adepte du cinéma ». Elle y va une fois par semaine, c’est pourquoi elle a décidé de prendre un abonnement, « plus économique et plus pratique ». A ses yeux, l’ambiance d’une salle est irremplaçable car synonyme de « soirées entre amis devant un écran 3D ». Lola est également VODiste, mais selon elle, la qualité de son téléviseur ne peut rivaliser avec celle du grand écran. « Si j’avais un home cinéma, à la rigueur, j’irais moins souvent [dans les salles].»

photo-article-vod

Le cinéma, lieu de sortie et de découvert. (Crédits: slate.fr)

Les cinémas peu inquiets

Olivier, projectionniste au cinéma « L’Olympia » de Cannes, affirme n’avoir aucune crainte quant à l’explosion de la VOD. Les salles obscures accordent une importance capitale au confort et à la technologie qu’elles ne cessent d’améliorer. Thierry Colombani, gérant de ce même cinéma, ne semble pas s’inquiéter du développement de la vidéo à la demande. Son établissement fait entre 75 000 et 76 000 entrées annuelles. Une partie des droits de diffusion des films proposés en VOD reviennent aux cinémas. Certains accords signés entre la VOD d’Orange et l’ensemble des cinémas français offrent des entrées gratuites aux abonnés. « La VOD comme le cinéma proposent un accès au monde culturel », affirme la responsable du Cinéma Cannes. « C’est avec la découverte culturelle qui se fait à travers les films que les cinémas vivent. La VOD facilite laccès à la culture mais ne crée pas d’addiction, contrairement au cinéma. »

Une personne sur trois a déjà utilisé la VOD 

La VOD est apparue dans les années 2000 sur un marché du film que l’on pensait saturé. Elle a su s’imposer pour aujourd’hui venir compléter les salles de cinéma traditionnelles. Le site Médiamétrie s’est penché sur la question de l’influence de la vidéo à la demande, en octobre dernier. Avec une augmentation de 25%, la VOD et la vidéo à la demande par abonnement (SVOD) séduisent près de 15% des Français. À noter qu’en 2013, près de 57% des VODistes choisissent leurs films dans la section « Nouveautés ». Cette section regroupe les dernières sorties DVD. Un nouveau mode de consommation du film est né dans les années 2000. Il est encore en voie de développement. Netflix s’est imposé comme le leader incontesté dès son arrivée sur le marché français de la vidéo à la demande en 2014. L’empire Netflix, grandissant et toujours plus compétitif, se lance désormais dans la production de séries télévisées comme « Orange is The New Black », « House of Cards », ou « Narcos ».

Cassandra Rolland

Antoine Wernert

Publicités