Vendée Globe #4 : la castagne

Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) et Alex Thomson (Hugo Boss) forment toujours le duo de tête. Ils devaient passer le Cap-Leeuwin – à l’ouest de l’Australie – dans la nuit du 4 au 5 Décembre. Dans le peloton, les dépressions font des dégâts. Le point sur la course.

« Ces dernières heures, ça a été l’enfer car j’ai des problèmes de pilotes, j’ai fait trois vracs. Je suis bien claqué, je ne suis pas passé très loin de la correctionnelle. » Louis Burton (Bureau Vallée) et les autres skippers du peloton subissent le passage de quelques dépressions à l’approche de Bonne Espérance. Des vents à 40 nœuds et surtout une mer hachée accablent les marins, juste avant leur entrée dans l’océan Indien.

« C’est dans le grain qu’on voit le marin »

Sur le bateau de Conrad Colman (Foresight Natural Energy), un court-circuit a coupé les instruments de bord dont le pilote automatique. Son IMOCA (monocoque de 60 pieds) s’est retrouvé dans une situation pénible. Le skipper qui a fêté ses 33 ans vendredi 2 décembre, a pu repartir :

Kojiro Shiraishi (Spirit of Yukoh) a eu moins de chance que le marin néo-zélandais. Son mât s’est cassé, dans 20 nœuds de vent. En 12ème position au moment du démâtage, le Japonais a annoncé dimanche 4 décembre son abandon. Il fait route vers Cape-Town (Afrique du Sud) sous gréement de fortune. C’est le 5ème abandon dans ce Vendée Globe.

Les conditions météos difficiles compliquent le choix de la voilure pour les skippers. Surtoilé, le bateau peut devenir incontrôlable dans une rafale. Sous-toilé, le bateau se fait distancer.

Arnaud Boissière (la Mie Câline) a rencontré des soucis sur le chariot qui permet d’hisser la grand-voile. Avarie également sur Maître Coq de Jérémie Beyou. Sa grand-voile s’est affalée sur le pont par 40 nœuds de vents. Un problème de plus pour le Finistérien qui a des difficultés à recevoir des fichiers météos précis suite à la panne de ses antennes satellites. La priorité de tous les marins sera de régler tous leurs ennuis pour arriver en bon état au Cap-Horn.

A l’avant, Armel Le Cléac’h et Alex Thomson continuent leur mano à mano. Les deux skippers enchaînent des systèmes météos favorables à leurs montures depuis le début de la course. Le Breton devançait le Gallois de 48 milles (90km) au pointage de 18h, lundi 4 décembre. Une course dans la course qui a pu être filmée par un hélicoptère de la Marine Nationale. Des images magnifiques :

Alexandre Le Corre

 

Publicités