CAN 2017 : les favoris de la rédaction (#1/3)

La coupe d’Afrique des nations (CAN) s’ouvre ce samedi 14 janvier. La compétition se déroule tous les deux ans et oppose les meilleures sélections du continent. Avec les absences surprises de l’Afrique du Sud et surtout du Nigeria, vainqueur de la CAN en 2013, la compétition réputée très ouverte offre cette année encore des possibilités à bon nombre d’équipes. Sur les 16 nations présentent au Gabon pour disputer cette 31ème édition, nous vous livrons nos favoris.

L’avis de Guillaume : l’explosivité de l’attaque algérienne fera la différence

Malgré une seule victoire à la CAN en 1990, l’Algérie est mon favori pour cette 31ème édition se déroulant au Gabon. Forts d’une armada offensive impressionnante et de joueurs évoluant dans les meilleurs championnats européens (Slimani à Leicester, Soudani à Zagreb, Brahimi à Porto ou encore Ghezzal à Lyon), les Fennecs pourront également compter sur des défenseurs aguerris comme Ghoulam (Naples) ou Mandi (Betis Séville). Leur atout reste à mes yeux leur joueur phare, le lauréat du Ballon d’Or africain 2016 et auteur d’une saison impressionnante à Leicester City (champion d’Angleterre) : Riyad Mahrez.

Capables de se sublimer dans les grandes compétitions comme ce fut le cas lors de la Coupe du Monde 2014 au Brésil – où les Verts avaient grandement mis en difficulté le futur champion du monde allemand en huitièmes de finale – les joueurs algériens pourront compter sur le soutien sans pareil de leur pays tout entier. Motivée par un désir de revanche en raison de son début de campagne de qualification pour la Coupe du Monde 2018 complètement manqué (un match nul contre le Cameroun et une défaite contre le Nigéria) et par la puissante rivalité qui l’oppose à la Tunisie (qu’ils affronteront en phase de groupes), la formation algérienne aura à cœur de marquer les esprits et de réussir sa compétition.

algerie

Riyad Mahrez (à gauche) et Yacine Brahimi (au centre) devront être les détonateurs. de l’équipe algérienne. (Crédit photo : l’Humanité)

Le manque de stabilité et de régularité récurrent depuis 2014 semble être le principal frein à la réussite algérienne dans cette CAN 2017. La pression des médias, des supporters et même des cadres de l’équipe rendent la tâche difficile pour les entraîneurs qui se succèdent à la tête de la sélection : dernière victime en date, le Serbe Milovan Rajevac. Il a effectué seulement deux petits matchs sur le banc des Fennecs avant de démissionner. C’est donc le Belge Georges Leekens qui est à la tête des Verts depuis la fin octobre 2016, après un court passage au même poste en 2003 (seulement 6 matchs avec la sélection algérienne).

Reste à savoir si les coéquipiers de Riyad Mahrez et Yacine Brahimi parviendront à se passer des cadres de la Coupe du Monde brésilienne comme Carl Medjani (treize fois capitaine depuis 2013), Sofiane Feghouli (42 sélections) ou encore Madjid Bougherra (qui a porté dix-neuf fois le brassard de capitaine entre 2010 et 2015). Ce dernier a rejoint le staff technique de la sélection très récemment et cela devrait permettre à l’entraîneur d’être davantage respecté et écouté par les fortes têtes de l’effectif. Une chose est sûre, avec leur capacité offensive, les Fennecs nous offriront sans doute des gestes techniques spectaculaires à défaut de remporter la compétition.

L’avis de Loris : l’expérience d’Hervé Renard pour guider la sélection marocaine

A l’annonce de la liste des joueurs composant les différentes sélections, je plaçais le Maroc comme un favori. Plusieurs raisons viennent appuyer mon choix. Tout d’abord, les joueurs de talent composant la sélection comme Younes Belhanda, Sofiane Boufal, et d’autres pépites marocaines. Mais une réelle hécatombe se produit sur le football marocain. Fort de talents individuels dans la sélection, cités précédemment, Hervé Renard va cependant devoir faire face à l’absence de la plupart de ceux-ci. Belhanda, Boufal, Tannane, Amrabat, tous ces joueurs sont forfaits pour la CAN qui débute lundi 16 janvier pour le Maroc. Dernière mauvaise nouvelle pour les Lions de l’Atlas : lundi 9 janvier, ils ont concédé leur première défaite depuis un an sur le score d’1 but à 0 face aux Finlandais.

Si le Maroc souhaite aller loin dans la compétition, il devra s’appuyer sur une défense centrale solide. La charnière centrale est composée du défenseur de la Juventus Turin, Mehdi Benatia et de celui-ci de l’Olympiakos, Manuel da Costa. Durant les éliminatoires, les Marocains ont encaissé seulement un but.

Outre, les joueurs qui composent la sélection marocaine, l’autre argument de taille est le sélectionneur Hervé Renard. L’entraineur français de 48 ans reste sur deux éditions de la CAN remportées (avec la Zambie en 2012 et avec la Côte d’Ivoire en 2015 ndlr). Il a une revanche à prendre, après son mauvais passage à Lille où il a été démis de ses fonctions  dès la 13ème journée. Après un parcours exemplaire durant les éliminatoires, (le Maroc fut la première équipe qualifiée) tout laisse présager un nouveau succès pour Hervé Renard. Avec cette 3ème hypothétique victoire dans la compétition, il deviendrait l’entraineur ayant remporté le plus de fois la compétition aux côtés de l’entraineur égyptien, Hassan Shehata, et, l’entraineur ghanéen, Charles Gyamfi.

Avec Hervé Renard, le Maroc a le droit de rêver (Crédit photo : FADEL SENNA / AFP)

Avec Hervé Renard, le Maroc a le droit de rêver (Crédit photo : FADEL SENNA / AFP)

Pour ne pas décevoir une nouvelle fois leur nation, les Lions de l’Atlas auront fort à faire, puisqu’ils possèdent une poule assez relevée avec la présence du tenant du titre : la Côte d’Ivoire. La RD Congo, auteur d’une très belle année 2016, et le Togo avec à sa tête le sélectionneur français Claude Le Roy, vainqueur de la compétition en 1988 et son attaquant Emmanuel Adebayor, sont, elles aussi, deux équipes très dangereuses. Le Maroc devra donc parfaitement rentrer dans la compétition pour espérer ne pas se faire sortir dès la phase de groupe et décevoir une nouvelle fois son pays.

Mohamed Ben Maazouz
Loris Biondi
Harold Girard
Hugo Girard
Romain Hugues
Guillaume Truillet

Publicités