500 personnes à Nice pour soutenir Cédric Herrou

Ce mercredi après-midi, Cédric Herrou, un agriculteur de la vallée de la Roya, était entendu par le tribunal correctionnel de Nice pour « aide à l’entrée, à la circulation et au séjour de personnes en situation irrégulière ».

Arrivé seul en tout début d’après-midi, Cédric Herrou a été rapidement rejoint par des centaines de personnes venues le soutenir. Ils étaient encore environ 500 à attendre la fin du jugement scandant en cœur : « Libérez Cédric, on vous envoie Ciotti ! ». Pour la plupart ayant fait le déplacement, c’est un acte « normal » et « citoyen » que de soutenir l’agriculteur de 37 ans. Assailli par les journalistes, Cédric Herrou a donné une conférence de presse sur les marches du Palais en compagnie d’un représentant de l’association « Roya citoyenne ». « Je ne veux pas que nous ayons honte dans 20 ans », déclare celui qui encourt aujourd’hui 5 ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende.

La Roya solidaire

Initialement prévue à 13h30, sa comparution a débuté aux alentours de 15h30. Malgré ce retard, les soutiens ne se sont pas découragés scandant le nom de leur héros local. Entendu pour avoir installé un camp de fortune dans un bâtiment de la SNCF et pour avoir transporté et accueilli près de 200 migrants chez lui, qu’importe le jugement « il n’arrêtera pas tant que le problème ne sera pas réglé ». Une dizaine d’habitants de la vallée de la Roya sont venues témoignées pour la défense de l’agriculteur.

Pour Êve, venue témoignée elle aussi, Cédric Herrou est « une sorte de héros ». Pourtant, c’est bien lui qui a été arrêté en octobre dernier pour avoir transporté 8 Erythréens dont 2 mineurs illégalement. Heureusement pour tous ceux qui le soutiennent, ce dossier a été classé sans suite du fait de l’immunité humanitaire. Mais le jugement n’est que partiel, en attendant, Cédric Herrou est toujours entendu par la justice pour le dossier sur le bâtiment de la SNCF.

Sylvain Poulet

 

 

Publicités