Le Ministère de l’Intérieur épinglé pour abus d’autorité

Après l’attentat du camion fou à Nice, qui a fait 86 morts Sandra Bertin, a affirmé avoir subi des pressions de la part du ministère de l’Intérieur. Avec l’appui de la mairie de Nice, elle a déposé plainte pour abus d’autorité.

Ce jeudi 5 janvier, le procureur de la république tiendra une conférence de presse au cours de laquelle sera évoquée la décision prise à l’issue de l’enquête préliminaire relative aux faits d’abus d’autorité dénoncés par Sandra Bertin.

Cheffe du centre de supervision urbain de Nice, elle assiste le soir du 14 juillet dernier à la tuerie sur la Promenade des Anglais. Le lendemain, elle rédige un rapport dans lequel elle détaille les événements de la soirée et précise l’emplacement des forces policières. C’est alors qu’elle affirme avoir subi des pressions de la part d’un interlocuteur se présentant comme membre du cabinet de Bernard Cazeneuve. Cette personne lui aurait demandé de modifier son rapport en indiquant la présence de la police nationale sur deux points de contrôle précis. « Je ne les avais pas vus sur les vidéos. J’ai donc refusé » déclarera Sandra Bertin au JDD le 23 juillet. Elle affirme également qu’un second commissaire était présent à ses côtés lors de la rédaction du rapport. Il l’aurait poussée à bout, amenant Sandra Bertin à bout de nerfs à le faire sortir du CSU.

A la suite de ces déclarations, Bernard Cazeneuve décide de porter plainte contre Sandra Bertin pour diffamation. Après le rejet de cette plainte par le Parquet de Paris, le Premier Ministre décide de la faire comparaître en citation directe devant le Tribunal de Grande Instance de Paris.

En juillet dernier, Sandra Bertin a quant à elle déposé plainte conjointement au maire de Nice et à son premier adjoint contre Bernard Cazeneuve pour abus d’autorité. Une enquête a été ouverte par l’IGPN. La policière municipale a également fait un signalement au procureur de la république pour faux en écriture publique.

Mercredi 4 janvier 2017, Sandra Bertin s’est rendue à sa convocation au Tribunal de Grande Instance de Paris. La date du procès a été fixée au 7 juin 2017.

Solenne Barlot

Sarah Mannaa

Publicités