[FIPA 2017] Coup d’envoi du trentième FIPA

Top départ pour le FIPA. Mardi 24 janvier se déroulait la cérémonie d’ouverture de la 30e édition du Festival international des programmes audiovisuels. Présidée par Bruce Toussaint, elle a été suivie de la projection du film interactif Tantale. Retour sur cette soirée.

19 heures. Devant la gare du Midi, les passants affluent. Ils sont venus assister au coup d’envoi de la trentième édition du Festival international des programmes audiovisuels. Pauline suit la manifestation depuis 10 ans « c’est l’occasion de s’ouvrir l’esprit. C’est une belle vitrine pour notre ville, car on peut croiser certaines personnalités célèbres. ». Pour François, il s’agit de sa première cérémonie «  J’attendais de pouvoir y assister depuis longtemps ! C’est incontournable en début d’année ici. »

Discours de Bruce Toussaint

À 19h40, lorsque les curieux prennent place dans la salle, c’est au tour de Bruce Toussaint, Maître de cérémonie d’arriver. Après un hommage à Rémy Pfimlin, décédé récemment – président de France Télévisions de 2010 à 2015 – le journaliste présente les différents jurys du FIPA en compagnie de son Président Didier Decoin. Les applaudissements fusent, l’ambiance est au beau fixe.

depart-vignette

La trentième cérémonie du FIPA est lancée. (Crédit Photo : Maxime Bonnet / Antoine Medeiros)

 Un film dont vous êtes l’acteur

Après la photographie protocolaire et l’ouverture prononcée par Michel Veunac, maire de Biarritz, la séance peut commencer. Au programme un film interactif produit par La Générale de Production et France Télévisions en coproduction avec Radio France. Tantale est une « expérience » de 30 minutes environ dont le spectateur est le héros. L’histoire met en scène Henri Laborde, président de la France, dans un hôtel où l’attribution des prochains Jeux olympiques prennent place. Qui de Paris ou de Mumbai en Inde sera l’hôte des J.O ? Et bien, le spectateur peut influencer ce choix grâce à son smartphone. À certaines séquences du film, le spectateur se retrouve confronté à deux choix. Celui qui recueille le plus fort pourcentage de la salle est joué.

Aux alentours de 20h20, les lumières allumées laissent place au (grand) écran sombre. Au fil de l’histoire, plusieurs options s’offrent aux spectateurs. En effet, Tantale a été tourné avec cinq fins différentes. Pour cette ouverture, Tantale a été joué avec deux fins alternatives.

Foule.JPG

Ils étaient nombreux à être présents pour cette cérémonie d’ouverture du FIPA. (Crédit Photo : Maxime Bonnet / Antoine Medeiros)

Avis tranchés

Les lumières se rallument, le public quitte son siège.

« On est plus proche du jeu vidéo que du cinéma ou de la télévision. Cela n’apporte rien de plus », assure Rebecca, jeune fille de 20 ans. « C’est sympathique, mais je ne vois pas un dispositif comme ceci adapté au cinéma »,  ajoute Maxence.

 Quant aux générations plus âgées, elles semblent avoir apprécié. Michelle, 82 ans « C’est mon vingtième FIPA et cela m’a agréablement surpris ! Cela change des films traditionnels, j’adore ! » 

Il est 21h40. La foule se dissipe petit à petit dans la nuit de Biarritz. Ils reviendront. Plus de 140 films et séries, issues de 40 nationalités, seront projetés du 25 au 28 janvier. L’occasion de défendre ce qu’est l’ADN du FIPA : la création audiovisuelle.

Thomas Woloch

 

Publicités