Etats-Unis : Trump a du mal à faire payer le mur au Mexique

Promesse emblématique et contestée de Donald Trump, la construction du mur à la frontière avec le Mexique rencontre quelques problèmes de financement.

La construction du mur aux frontières entre les Etats-Unis et le Mexique n’était pas qu’une simple promesse électorale. Cinq jours après sa prise de fonction, le nouveau président américain a signé un décret pour commencer le chantier du mur qui serait financé par le Mexique. Seulement, Donald Trump n’a pas encore trouvé comment.

Le 31 janvier, une délégation officielle à Washington était initialement prévue pour entamer une renégociation sur l’accord de libre-échange ALÉNA. Mais, face à de nombreux désaccords, le président mexicain Enrique Pena Nieto a annulé sa visite.

Trump veut imposer une taxe de 20%

Sean Spicer, le porte-parole de la Maison Blanche a évoqué jeudi après-midi la mise en place d’une taxe de 20 % sur tous les produits venant du Mexique. Cette nouvelle taxe pourrait faire partie d’une importante réforme de l’impôt, mais le porte-parole n’a pas donné plus de précisions sur la façon dont elle fonctionnerait, ni quand elle serait mise en place. D’après les estimations de Sean Spicer, la taxe rapporterait plus de 10 milliards de dollars par an, une somme largement suffisante pour payer la totalité des travaux.

Mais quelques heures plus tard, le porte-parole de la Maison Blanche est revenu sur ses propos. Il s’agirait finalement d’une solution parmi d’autres, destinée à illustrer les multiples modes de financement.

Couper les flux d’argents envoyés des Etats-Unis au Mexique

Depuis le début de sa campagne, Donald Trump accusait le Mexique de lui envoyer ses pires citoyens : trafiquants de drogue, violeurs et criminels, d’où l’idée de construire ce mur, une promesse phare, qui semble être de plus en plus concrète.

En avril dernier, Donald Trump expliquait vouloir financer la construction du mur en coupant les milliards de dollars envoyés par les Mexicains vivant aux Etats-Unis dans leur pays d’origine. Selon le Washington Post, en 2015 cela représentait plus de 25 milliards de dollars, soit l’une des sources de revenus les plus importantes du Mexique avec le tourisme et le pétrole.

Le Mexique refuse de payer

Alors que Donald Trump promet que le Mexique financera la construction du mur d’une quelconque manière, le gouvernement mexicain – lui – s’oppose au projet. Sur le réseau social Twitter, le président mexicain Enrique Pena Nieto a affirmé qu’il ne verserait pas un sou : « je l’ai dit plusieurs fois : le Mexique ne paiera pour aucun mur ». Enrique Pena Nieto a fermement condamné l’initiative américaine « un mur qui au lieu de nous unir, nous divise ».

 

Compte tenu des désaccords entre les deux pays, la décision d’annuler la rencontre a été prise conjointement. Donald Trump a lancé sur Twitter : « Si le Mexique ne veut pas payer le mur, alors il serait préférable d’annuler la rencontre ». Mais dans un autre tweet, une fois de plus, le président américain a dénoncé l’entente affirmant que le déficit de la balance commerciale des Etats-Unis avec son voisin du sud atteignait dorénavant 60 milliards de dollars.

Hafça El Moussaoui

Publicités