Backstage #1 : Les coulisses de RC Cannes-Vandoeuvre

« Qui n’a jamais rêvé de s’immiscer dans les coulisses des plus grands évènements ? Rencontres sportives, concerts, festivals… Backstage vous emmène à la rencontre de ceux qui travaillent dans l’ombre pour vous fournir le plus beau des spectacles. Ces acteurs anonymes et pourtant essentiels, Backstage vous les fait découvrir… »

Samedi 12 novembre dernier, l’équipe de Backstage avait rendez-vous au Palais des Victoires, à Cannes, pour assister au match de Première Division de Volley féminin entre le RC Cannes et le club lorrain de Vandoeuvre. Durant plusieurs heures, notre équipe a pu découvrir l’envers du décor, et discuter avec toutes les personnes qui font que le RC Cannes est aujourd’hui l’un des meilleurs clubs en France.

H-2 : Rencontre avec Jean-Michel et Denis, en charge de la mise en place du terrain.

H-1h45 : Peu après avoir rencontré les premiers protagonistes de la soirée, c’est le coach des volleyeuses du RC Cannes, Laurent Tillie, qui arrive au Palais des Victoires. Tandis qu’il salue les bénévoles en plein travail, il est suivi par deux confrères de France 3 venus de Paris, qui tournent un reportage sur sa double fonction d’entraîneur (http://www.francetvsport.fr/videos/video-la-double-casquette-de-laurent-tillie-371515), entre les féminines du RC Cannes et l’équipe de France masculine.

H-1h30 : Après avoir laissé Laurent Tillie se préparer en vue de la rencontre, nous avons pu échanger avec Victoria Ravva, ancienne star de l’équipe azuréenne, qui garde toujours un certain attachement au club. Elle a pu nous expliquer son nouveau rôle au sein du RC Cannes…

H-1h25 : L’organisation d’une rencontre de championnat national demande également une organisation hors du parquet, notamment au niveau de la sécurité. Entre deux fouilles de sac, nous avons recueilli les propos de Mehdi, l’un des agents de sécurité présents au Palais des Victoires.

H-1h20 : Retour sur le parquet du Palais des Victoires. Cette fois-ci, ce sont les « principales » protagonistes de la soirée que nous rencontrons, à savoir les joueuses. La jeune Romane Ruiz (19 ans) est la première à rejoindre la salle sur les coups de 18h, heure à laquelle Tillie les a convoquées. En attendant le traditionnel speech d’avant-match du coach, les joueuses du Racing nous racontent comment elles se préparent avant chaque rencontre : « on met de la musique pour se détendre et se motiver pendant qu’on se change et qu’on se prépare au match ». Les Cannoises quittent ensuite le vestiaire pour aller s’échauffer, tout en écoutant les dernières consignes de Laurent Tillie.

H-1h15 : Nous continuons notre tour des acteurs de la soirée, en nous posant cette question : que serait un club sans ses bénévoles ? Pas grand-chose, nous confient certains. Nous nous arrêtons cette fois-ci au niveau de la boutique du club, tenue par Chantal et Martine. Chantal, qui a créé cette boutique il y a quelques années, nous explique comment elles procèdent : arrivées deux heures avant le début du match, les deux bénévoles mettent environ une heure pour tout préparer. Durant l’heure qui reste, la boutique ouvre. Dans celle-ci sont étendus les produits dérivés du club : des écharpes, des maillots, des t-shirts. L’objectif est de proposer des tarifs peu onéreux pour que chacun puisse ramener un souvenir du club, et créer un lien affectif entre les supporters et le RC Cannes. La boutique ferme à l’heure du coup d’envoi. Chantal et Martine s’activent ainsi pour ranger le magasin et pouvoir profiter du match.

chantal-martine-boutique-rc-cannes

Chantal et Martine attendant les supporters (Crédits: Romain Hugues)

H-1 : Un adage dit également : « Il n’y a pas de club sans supporters ». C’est chose vraie, et c’est pourquoi nous avons décidé de donner la parole à un homme, que nous apercevons en train de lire le journal dans les tribunes. Ce n’est pas n’importe qui : il s’agit de Jean-Michel, trésorier et chargé des déplacements de l’association des « Blue Angels », le club de supporters du RC Cannes. Il est autorisé à arriver un peu en avance, afin « d’installer du matériel avant que la foule soit là, pour éviter d’être gêné ». Jean-Michel nous explique que les Blue Angels distribuent des flyers et collent des affiches à l’entrée de la salle, dans le but de garnir un maximum les 4 000 places du Palais des Victoires, même si « recruter des supporters à Cannes, c’est compliqué ».
Supporter depuis 2004, alors qu’il cherchait une équipe de haut niveau à soutenir dans la région, le trésorier de l’association ne manque pas de montrer l’exemple : « la semaine dernière, j’avais le visage entièrement maquillé en ballon de volley ». Grâce aux maquilleuses (venues de Nice depuis 17h) situées à l’entrée de la salle, les supporters, et « surtout les enfants », ont la possibilité d’arborer fièrement les couleurs du RC Cannes sur leur visage.
Jean-Michel nous raconte aussi que l’association vend des goodies à l’effigie des Blue Angels : t-shirts, écharpes, banderoles… Finalement, nous le laissons tranquillement finir la lecture de son journal. Un peu de calme avant la tempête d’encouragements lancés dans le mégaphone pour motiver son équipe favorite.

H-1 : Retour au côté sportif, avec ceux qu’on appelle les « hommes en noirs » : les arbitres. Pour ce match face à Vandoeuvre, ce sont messieurs Praud et Siegl qui sont en charge de diriger la rencontre. Alors que selon les règles de la Ligue, ils doivent arriver environ une heure et demi avant le début du match (soit aux alentours de 18h), nous avons vu monsieur Praud rejoindre la salle en même temps que nous, à 17h, suivi peu de temps après par son collègue du corps arbitral. Ils sont arrivés aussi tôt pour « voir un peu ce qui se passe » et s’imprégner de l’ambiance d’avant-match.
Au programme de leur soirée : contrôle des ballons, des bancs, des drapeaux des juges de ligne… Ils doivent vérifier l’ensemble de l’aire de jeu, avant d’arbitrer le match. Le contrôle est effectué en commun avec les responsables du club, afin de régler tout litige potentiel avant la rencontre. Deux arbitres très sympathiques et humains, ce que beaucoup de supporters, dirigeants, joueurs et entraîneurs ont parfois (malheureusement) tendance à oublier…

H-58min : Après Jean-Michel, nous avons rencontré une autre figure importante et nécessaire pour instaurer une ambiance de feu : le speaker.

H-55min : Toujours avec les fans, nous avons rencontré l’emblématique supporter du club cannois : « Poncho Man »… ou Gérard l’homme à tout faire. Alors qu’il met en place des tables pour le confort des supporters devant la buvette, Gérard nous explique ses différents rôles au sein du RC Cannes : « mise en place de la buvette, transport des joueuses, des arbitres… Et puis aussi, je suis supporter, le supporter avec le poncho ! ». A la fois dirigeant, bénévole et supporter, le Cannois d’adoption suit les filles depuis près de 15 ans, et apprécie l’ambiance : « le bénévolat c’est super pour la tête. Surtout dans le volley-ball. Et puis avec les filles, c’est magnifique. ». Gérard soutient également les garçons, depuis les années 80, époque où un certain Laurent Tillie portait le maillot de l’AS Cannes sur les épaules.

ponchoman

Gérard « Poncho-man », à la tête des Blue Angels. (Crédits: Guillaume Truillet)

H-50min : Notre tour des acteurs n’est toujours pas fini, et il nous reste encore des personnes à rencontrer. Tous les protagonistes ont été fiers de nous parler de leur rôle au sein du club. Nous rencontrons alors les personnes en charge de l’affichage des panneaux publicitaires autour du terrain, que nous avons évidemment questionnées au sujet de leur rôle compliqué et méconnu.

H-45min : Ensuite, direction les beaux salons. Nous y trouvons Christelle et Adelia, hôtesses du salon VIP, installé cette année aux abords du terrain, sur une idée de l’ancienne joueuse du club Victoria Ravva.

H-30min : A 30 minutes du début du match, nous choisissons de finir notre périple par un retour sur le parquet, avec Laurent Tillie, qui nous confie ses derniers mots avant de rentrer dans le vif du sujet.

Au final, nous avons pu voir qu’une rencontre sportive ne se limite absolument pas aux joueurs (ou joueuses) et aux entraîneurs, malgré leurs rôles prépondérants. En effet, des supporters aux bénévoles, c’est tout un monde qui gravite autour de ces acteurs principaux, et qui font la réussite du club. En tout cas, c’est ce qui ressort de cette journée riche en rencontres : on ne peut plus s’étonner de la réussite du RC Cannes quand on voit à quel point ses acteurs sont impliqués.

Loris Biondi

Harold Girard

Romain Hugues

Guillaume Truillet

Hugo Girard

Mohamed Benmaazouz

 

Publicités