La coopérative alimentaire de Grasse : une alternative à la grande distribution

Au supermarché participatif de Grasse, on s’entraide pour vendre des produits locaux, bio et de qualité à des prix raisonnables. Une autre façon de se nourrir, sans passer par la grande distribution.

Créée fin 2014, “la Meute” est un supermarché participatif à Grasse qui favorise l’économie locale et le “manger mieux”. Contrairement à la plupart des supermarchés traditionnels, on y trouve principalement des produits locaux, bio et de saison. “Comme je recherchais du bio et de l’agriculture raisonnée, je suis venue à la Meute”, explique Josiane. Puisqu’il est participatif, les clients sont aussi des acteurs bénévoles du lieu. Ils doivent accorder trois heures de leur temps par mois à la gestion du supermarché. En échange de cela, ils pourront effectuer leurs achats. « On travaille ensemble, on se parle, on communique, on échange. Chacun joue son rôle », affirme Sébastien. Au total, près de trois cents personnes contribuent au bon fonctionnement de la coopérative.

coopérative alimentaire la meute.JPG

L’entrée de la coopérative alimentaire (Crédits: Elise Pontoizeau)

Des valeurs partagées

Les adhérents de la Meute ont en commun l’envie de mieux manger tout en favorisant l’économie locale. Pour Sébastien, bénévole à la Meute, « Ce n’est pas juste une alternative, c’est un mode de vie. » Plus ou moins sensibilisés aux enjeux alimentaires actuels, certains ont abandonné la grande distribution, comme Sébastien : « Moi la grande distribution ça fait longtemps que j’ai arrêté et là je trouve mon bonheur. En piochant à droite à gauche, on arrive à s’alimenter correctement sans avoir besoin de passer dans un supermarché. » “Je préfère acheter ici qu’en supermarché. En plus, on vient aider. C’est agréable”, ajoute Monique. La Meute, c’est aussi un lieu d’échange entre des gens désireux de trouver des produits de qualité à des prix équivalents à ceux de la grande distribution. « C’est un peu un forum pour rencontrer des gens qui ont les mêmes idées » explique Carry. « On travaille ensemble, on se parle, on communique, on échange, chacun joue son rôle. […] Ici, on est tous ensemble et on travaille tous pour un but commun » se réjouit Sébastien.

Elise PONTOIZEAU
Nicolas PINEAU

Publicités