NBA : la folle saison de Russell Westbrook

Il y a deux semaines à peine, Russell Westbrook plantait le plus gros total de points de l’histoire pour un triple-double (57 points, 13 rebonds, 11 passes décisives). Dans la nuit du mardi 4 avril, il égalait le record du nombre de triple-doubles en une seule saison. La constance avec laquelle le meneur des Thunders délivre des performances de haut-vol laisse les amateurs de basket pantois, et le place comme favori au titre de MVP (Most Valuable Player).

L’heure des playoffs NBA approche ; et les amoureux de la balle orange ne peuvent que se réjouir d’avoir assisté à l’une des saisons régulières les plus spectaculaires de l’histoire. Figure de proue de cette page d’histoire sportive écrite sous nos yeux : Russell Westbrook. Le meneur des Oklahoma City Thunders affiche une ligne de statistiques stratosphériques, et aura distillé des performances historiques tout au long de la saison.

Des statistiques hors-normes

Jamais, depuis Oscar Robertson en 1962, un joueur n’avait inscrit plus de 10 unités par match dans trois catégories statistiques différentes. Cette saison, Westbrook aura planté en moyenne 31.8 points, pris 10.7 rebonds, délivré 10.4 passes décisives et intercepté 1,7 ballons à chaque rencontre. Tapi dans l’ombre de Kevin Durant pendant plusieurs années, le départ de ce dernier pour Golden State aura été grandement profitable à Westbrook, lui permettant de se révéler pleinement.

De telles moyennes révèlent une incroyable stabilité dans l’excellence. On ne parle pas d’un tour de force ponctuel à la Devin Booker, mais bien d’un exploit continu, échelonné sur l’ensemble des 82 matchs de la saison régulière.

Des exploits individuels

Le meneur d’Oklahoma City réalise donc une saison extraordinairement constante, mais pas monotone pour un sou. De son style de jeu fougueux, à la fois rapide et puissant, il a parsemé la saison régulière de matchs ahurissants, et fait tomber quelques records. Ainsi, dès la seconde rencontre, il scotche toute la planète NBA avec 51 points, 13 rebonds, 10 passes décisives et le panier de la victoire. Le 27 décembre, il délivre 22 passes décisives, un nouveau record chez les Thunders. Plus récemment, le 22 mars, il réalise ce que personne auparavant en NBA n’a jamais réussi à faire : un triple-double sans rater le moindre tir ou lancer-franc.

Il reste à Russell Westbrook un record à aller chercher : celui du plus grand nombre de triple-double en une saison (41), détenu par Oscar Robertson. Il vient de l’égaler, et il lui reste 4 matchs pour le dépasser.

Westbrook, facteur décisif pour les Thunders

Le basketball est un sport collectif, mais qui se plaît à honorer les performances individuelles. Et lorsque ces performances individuelles contribuent à faire gagner l’équipe, la boucle est bouclée. Oklahoma City gagne 78% de ses matchs lorsque Westbrook inscrit un triple-double, seulement 35% dans le cas contraire. C’est dire l’incidence qu’a la réussite du meneur sur les résultats de son équipe.

résultats nba westbrook

Le pourcentage de victoire des Thunders est étroitement lié aux performances individuelles de Westbrook. Crédits : Kevin Pelton – ESPN

Cet aspect décisif chez Westbrook est d’ailleurs décuplé dans les fins de matchs serrés. Le meneur inscrit en moyenne près de 10 points dans le dernier quart-temps, et on ne compte plus ses shoots pour arracher des victoires in-extremis.

Quelque peu esseulé au sein d’un effectif, certes de qualité, mais en manque de véritables stars, Westbrook a su prendre ses responsabilités et porter son équipe jusqu’à la sixième place d’une conférence Ouest pourtant très relevée. A moins d’un véritable retournement de situation, Westbrook et ses Thunders devraient donc affronter les Houston Rockets de James Harden au premier tour des playoffs. L’affiche fait déjà baver les amateurs de basket, puisque Harden reste le grand concurrent de Westbrook au titre de Most Valuable Player, qui récompense le meilleur joueur de la ligue chaque saison.

MVP ?

Si aujourd’hui Russell Westbrook est placé comme favori au titre de MVP, c’est James Harden qui a longtemps occupé la tête du classement des prétendants cette saison. Les Houston Rockets de Harden sont mieux classés que les Thunders au sein de la conférence Ouest (3e contre 6e), et l’on a longtemps reproché au meneur d’Oklahoma un trop faible pourcentage de réussite au tir (42.6%) et un trop grand nombre de pertes de balles (5.4 par match). Les mêmes critiques peuvent toutefois être émises à l’égard de Harden qui shoote à 44.1% et perd 5.8 ballons par rencontre.

Galvanisés par les récents exploits et records de Westbrook, les spécialistes NBA sont aujourd’hui tous unanimes pour dire qu’il mérite ce trophée de MVP, à l’image de Shaquille O’Neal.

Avec un tel niveau de jeu tout au long de la saison régulière, Russell Westbrook a déjà écrit, dans un style inédit, une nouvelle page de l’histoire de la NBA. Pour autant, les choses sérieuses ne font que commencer avec l’arrivée des playoffs ; car si l’histoire garde en mémoire les grands joueurs, elle rend tout d’abord honneur aux gagnants.

Lucas Philippe

 

Publicités