RIG DANEMARK #1 : Caricatures, la presse danoise s’autocensure

Lorsqu’on évoque la presse danoise, on pense au scandale des caricatures du prophète Mahomet en 2005. Le 30 septembre, cette année-là, le Jyllands-posten, l’un des principaux journaux danois, a publié une série de 12 caricatures du prophète Mahomet. L’indignation qu’elles ont suscitée a largement dépassé les frontières du pays.

Le Jyllands-Posten est un quotidien danois de centre-droit. Ce vendredi 30 septembre 2005, la rédaction publie un dossier intitulé « les douze visages de Mahomet ». Provocation assumée, les dessins font immédiatement réagir le peuple danois. C’est lorsque l’indignation a dépassé le cadre national en offusquant le monde musulman que le Danemark a pris conscience de l’ampleur du phénomène. Ces douze représentations de Mahomet sont des caricatures, assez différentes les unes des autres et sans liens évidents. Seules deux ou trois d’entre elles ont profondément choqué les musulmans. « J’ai dessiné un élève que j’ai appelé Mohammed en train d’écrire sur un tableau une inscription en arabe. Il y était inscrit que les journalistes de Jyllands-Posten sont un tas de provocateurs réactionnaires » se souvient Lars Refn, caricaturiste danois auteur de l’un des douze visages de Mahomet. Au Danemark, la caricature n’a pas la même place qu’en France, elle y est moins virulente et le besoin de critiquer, de tourner en dérision n’y est pas aussi répandu. Charlie Hebdo ou le Canard Enchaîné n’ont pas d’équivalent danois. « Les socialistes ou les anarchistes n’ont pas de journal et je sens que ça manque cruellement au Danemark », constate Lars Refn.

Caricaturistes danois, l’après 2005

A la question « Travaillez-vous différemment depuis le scandale de 2005 ? », Lars Refn répond très clairement « Non ! ». Les caricatures de 2005 ont créé la polémique, elles ont aussi eu des conséquences pour le Danemark sur la scène internationale. « En 2005, de nombreux pays musulmans ont boycotté les produits danois » précise Niels Brunelli, journaliste franco-danois. Des vidéos violentes sur lesquelles on pouvait voir s’enflammer la croix blanche sur fond rouge du drapeau danois, ont été diffusées. Suite aux réactions du monde musulman, les danois ont pris conscience que la liberté de la presse avait été bafouée ce jour de novembre 2005. Dans ce pays libre, démocratique, et avant-gardiste, il serait donc impossible de caricaturer quiconque dans un quotidien national ? Pourtant les journalistes danois l’assurent, la presse occupe une place prépondérante dans le pays. « Au Danemark, la presse est un pouvoir à part entière » précise Niels Brunelli.

8311429fe836911292fa9ed27cebbdfav1_abs_555x312_b3535db83dc50e27c1bb1392364c95a2

Lars Refn, caricaturiste danois (Crédit : Deutschlandfunk)

Aujourd’hui si certains ont renoncé à la création et la diffusion de satires politiques ou religieuses, d’autres en ont fait leur combat, sur fond de liberté d’expression. Lars Refn a créé Spot, son propre média sur Internet, où il se sent libre d’exercer son art comme bon lui semble. « Dans Spot, l’humour y est plus corsé que dans les médias traditionnels danois, j’y fais des dessins de politique nationale et internationale. » A l’image de Charlie Hebdo en France, la liberté y est reine. Aucun sujet tabou. Lars observe néanmoins que la liberté de la presse a progressivement migré vers Internet et que par conséquent ses dessins s’adressent potentiellement au monde entier. « Je suis conscient que l’on ne peut pas dessiner pour les 7 milliards d’habitants sur terre. Mon objectif c’est d’être compris par les gens auxquels je m’adresse. » Avec Spot, Lars Refn peut recueillir les critiques de son public. Que les commentaires soient positifs ou négatifs ils n’en sont pas moins tous constructifs. « Il y a des gens qui s’excitent, et je trouve ça très intéressant. Les gens ne sont souvent pas d’accord quand je critique le gouvernement, et ce dialogue manque cruellement au Danemark dans les médias traditionnels. »

La caricature danoise après Charlie

 

« L’année 2015 a été très importante pour moi, on a fêté les dix ans des caricatures et c’est aussi l’année de l’attaque de Charlie en France. Les mecs à Charlie, je les connaissais tous, deux mois avant le drame, Tignous était assis dans mon salon », se souvient Lars Refn. Charlie Hebdo est un modèle pour certains caricaturistes danois. Symbole de liberté, le journal satirique français avait lui aussi diffusé les douze visages de Mahomet en 2005. Dix ans plus tard sa rédaction a été décimée. L’attentat de Charlie Hebdo a eu une résonnance toute particulière au Danemark. Après l’affaire des caricatures de Mahomet et de l’attentat de Charlie Hebdo en 2015, Lars Refn souhaite faire passer un message, notamment auprès des jeunes : « J’ai commencé à aller dans les écoles au Danemark pour expliquer la liberté d’expression. C’est très important d’expliquer ce qu’est une démocratie, d’expliquer la liberté de la presse aux enfants. »

Cette liberté de la presse au Danemark est largement respectée, mais elle reste un combat pour les caricaturistes. En somme, quelle différence entre un journaliste qui rend compte de l’actualité par des mots, et un caricaturiste qui dépeint l’actualité à travers un dessin ?

 

Antoine Wernert

Publicités