RIG RUSSIE #1 Une liberté d’information très contrôlée

148ème au classement mondial de la liberté de la presse de Reporters Sans Frontières en 2016, la Russie fait partie des pays où la liberté de la presse est la plus menacée. L’expression et l’information sont très encadrées, et la plupart des médias sont contrôlés par le régime.

Le régime russe est-il en train de tuer la liberté de la presse ? C’est en tout cas ce que pense l’ONG Reporters Sans Frontières. Située à la 148ème place sur 180, entre le Pakistan et le Mexique, la Russie est l’un des pays où la liberté d’expression est la plus bafouée. « Confronté en 2011-2012 à un vaste mouvement de contestation, Vladimir Poutine s’emploie depuis lors à étouffer la société civile et à restreindre l’espace du débat public », rapporte sur son site Reporters sans frontières. Depuis 2002, première année de ce classement, la Russie oscille entre la 120ème et la 160ème places.

Capture

L’arrivée de Vladimir Poutine au pouvoir en 2000 a remis en cause les espoirs de liberté nés de la dissolution de l’URSS, en 1995. L’ancien fonctionnaire du KGB multiplie les lois pour contrôler les médias et rachète progressivement l’ensemble des médias privés du pays, pour les revendre ensuite aux oligarques russes proches de sa personne. Cyril Bret, conférencier à Sciences Po qui a travaillé à Moscou, commente le classement de RSF.

De nombreux journalistes menacés

Propagande à la télé, blogs censurés : depuis 2011 et la vague de contestation contre le gouvernement russe, le président de la Russie essaie de museler l’opposition. En 2017, la plupart des médias appartiennent au régime ou entretiennent des relations étroites avec le pouvoir. Chaque acquisition d’un média par un investisseur privé est soumise à l’avis du gouvernement. L’Etat russe possède 13 télés nationales, dont toutes les chaînes à vocation internationale rassemblées dans une holding. L’entreprise de gaz Gazprom, dont l’Etat est actionnaire à 48%, contrôle les intérêts de deux chaînes nationales. La banque en lien avec le régime, Bank Rossiya, a créé une multitude de médias.

Capture

Voici la liste des médias en Russie. Cliquez sur le lien pour accéder à l’infographie interactive. (crédit : Florian Leyvastre)

 

Capture

En Russie, des holdings contrôlent les médias. Cliquez sur le lien pour accéder à l’infographie interactive. (crédit : Florian Leyvastre)

 

L’exercice de la liberté d’expression est donc de plus en plus difficile. L’assassinat de la journaliste Anna Polikovskaia, en 2006, a marqué les esprits. Les journalistes travaillent avec une épée de damoclès.

Depuis la chute de l’URSS en 1995, plus de 200 journalistes ont été tués. L’annexion de la Crimée, en 2014, a été l’occasion pour le régime d’amplifier les pressions. 7 programmes de télévisions nationales ont été censurés, et trois fois moins de médias peuvent émettre aujourd’hui.

La nouvelle génération de journalistes russes doit parfois quitter le pays pour pouvoir exercer sa profession et éviter la censure. Des blogueurs essaient de se faire une place dans le paysage médiatique russe. Ils diffusent des informations libres et indépendantes, en dépit de toute menace ou sanction.

Florian Leyvastre

Publicités