Backstage #2 : les coulisses du Festival International des Jeux

Le Palais des Festivals de Cannes accueillait le Festival International des Jeux en février dernier. Une des premières conventions de la saison cannoise, mais pas des moindres puisqu’environ 100.000 visiteurs sont attendus chaque année. L’occasion pour Backstage de découvrir le festival, sous un autre angle.

Notre visite au Festival International des Jeux commence à l’entrée du Palais des Festivals de Cannes. Là, les visiteurs tombent directement sur l’accueil. « C’est nous qu’ils voient en premier ! » déclare Tom, stagiaire en tourisme et réceptionniste pour l’occasion. Ils sont trois à renseigner, indiquer. « Nous donnons tout type d’informations » ajoute Coralie. « Deux tiers des visiteurs environ passent par chez nous, et ce qu’ils demandent, ce sont des plans, où trouver certains stands, etc. ». Parce que le Palais attend plus de 100 000 personnes durant les trois jours. « Heureusement, il y a des moments plus calmes » dit Axel. « En général, ce sont des vagues de personnes qui arrivent ». Justement, une dizaine de visiteurs s’approchent. Nous tendons l’oreille. « Bonjour jeune homme, on m’a dit qu’il y avait un stand consacré à Star Wars, où pourrais-je le trouver s’il vous plait ? ». Axel prend un plan du salon, le déplie, et lui montre. « Bonjour Monsieur, rien de plus simple. Vous prenez l’allée centrale, et dans vingt mètres environ cela sera sur votre droite, vous ne pourrez pas le rater ! ». Dans le même temps, Coralie renseignait sur l’emplacement des toilettes tandis que Tom distribuait simplement le plan. « Vous voyez, reprend Tom, il y a énormément de monde qui passe par chez nous, mais avec de la débrouillardise et la connaissance, c’est plutôt facile à gérer ».

A quelques mètres de là, toujours à l’entrée du Palais des Festivals, lorsqu’ils pénètrent l’enceinte, les visiteurs font face à Manon, hôtesse d’accueil. « Je distribue le magazine dans lequel se trouvent toutes les informations du Festival » indique-t-elle. Vêtue d’un uniforme noir et d’une casquette, Manon passe sa journée, debout, de 10h à 18h, à tendre le « Trie Trac », journal qui promeut le Festival, ses exposants, ses animations. « C’est sympathique, tout le monde est très accueillant, les gens sont très contents d’être là ». Et les refus, ce n’est pas trop dur à encaisser ? « Vous savez, il y a environ 4000 exemplaires à distribuer en trois jours. C’est beaucoup, mais avec 100 000 visiteurs, ce n’est pas quelques refus qui vont me refroidir » analyse-t-elle. Tout au long de la journée, la pile de magazines se réduira considérablement, preuve d’un travail efficace de Manon et de l’intérêt des visiteurs. A l’image de Flore, 28 ans : « J’ai pris le magazine en main parce que c’est intéressant d’y avoir toutes les informations nécessaires pour bien visiter le salon » affirme-t-elle. « Et puis, honnêtement, en tant que visiteurs, c’est normal que l’on nous distribue des publicités dans l’enceinte-même de là où nous sommes : nous l’avons voulu, ce n’est pas comme si c’était dans la rue ». Et Manon, l’hôtesse, de conclure : « Franchement, c’est un plaisir ».

A présent, direction le stand Star Wars, l’un des plus grands de ce Festival International des Jeux. Nous y rencontrons Jack et Magnus, les animateurs. Ils nous parlent de l’organisation de leur emplacement, et de leurs prédictions concernant la fréquentation du stand.

Théo, lui, est l’un des barmen de ce Festival des Jeux. Il permet aux gens de se rafraîchir et de se restaurer avec des sandwichs froids. Même si sa fonction lui procure peu de répit, le jeune homme est très heureux de travailler dans cet environnement dédié à sa passion.

Nous avons ensuite rencontré Thierry, animateur d’un stand de jeux. Il nous a accordé quelques minutes, pour décrire son rôle dans le grand théâtre du Festival des jeux.

 

Et qui de plus discret qu’un agent d’entretiens ? Laurent vadrouille à travers le public pour que la propreté règne au Palais. Habituellement, des poubelles mobiles sont mises en place à l’attention des invités, mais ce jour-là c’est Laurent qui doit s’en charger. Laurent c’est celui qui travaille dans l’ombre, mais qui est un des maillons les plus importants de l’organisation de ce festival. Ce dernier est chargé durant tout le festival de veiller à la décence du site, même si les visiteurs du jour sont « soigneux » selon lui, ce qui atténue la dureté du métier. Laurent, comme d’autres, passe de longues journées à veiller sur chaque visiteur ou presque, pour que les lieux restent le plus propre possible.

Un métier qui a toutefois sa part d’insoutenable, Laurent nous confiant d’une voix agacée qu’il « ne sait pas pourquoi les supérieurs n’ont pas voulu faire installer de corbeille à l’avance ».

Chacun des acteurs interrogés seront là pendant les trois jours, avec un but : faire persister la renommée du Festival International des Jeux, qui reçoit de plus en plus de visiteurs chaque année.

Mohamed Benmaazouz

Loris Biondi

Harold Girard

Hugo Girard

Romain Hugues

Guillaume Truillet

Publicités