« Le Média », partisan ou citoyen ?

Le 11 septembre, un live vidéo sur YouTube a marqué le début de la campagne de financement d’un nouveau média : Le Média. Annoncé comme étant de gauche, il sera « engagé en faveur des causes sociales et écologiques », comme nous pouvons le voir dans leur manifeste. Financé de façon indépendante, il pose cependant des questions par rapport à un possible militantisme.

Il y a quelques mois, une pétition en ligne a été lancée sur le site change.org , dans le but d’obtenir un maximum de signatures et ainsi de donner de la visibilité à ce nouveau projet, ce média de gauche. Néanmoins, pourquoi afficher dès le départ ce positionnement idéologique ? Pour les instigateurs du média, le journalisme objectif n’est qu’illusion. Le choix des mots, la tournure des phrases ou encore les expressions utilisées traduisent un certain parti pris. Celui de la rédaction est donc de l’afficher clairement et de ne pas cacher ses idées. Actuellement, 41 860 signatures ont été recueillies. Dans la description de la pétition, l’accent est mis sur le fait que les citoyens seront les premiers acteurs de ce média. C’est d’ailleurs son titre, « soutenez la création d’un nouveau média citoyen ». Pour ce qui est des ambitions, elles sont résumées en sept points : il sera indépendant, collaboratif, pluraliste, culturel et francophone, humaniste et antiraciste, écologiste et progressiste, féministe et défendra les droits LGBTI. Cette webtélé se veut différente et alternative. Quant aux signataires, ils viennent de tous les horizons : des anciens ministres comme Aurélie Filippetti, des politiques comme Eva Joly, Jean-Luc Mélenchon ou Philippe Poutou, mais aussi des artistes tels que François Morel ou les chanteuses du groupe L.E.J.

plateau_emission

Légende : Capture d’écran de la soirée de présentation, où nous pouvons voir les deux présentatrices (Crédits : YouTube de Jean-Luc Mélenchon)

Cependant, Le Média fait débat, notamment sur sa proximité avec le mouvement de Jean-Luc Mélenchon, la France Insoumise. En effet, beaucoup d’initiateurs du projet sont assez proches du mouvement, comme Sophia Chikirou, ancienne directrice de communication du candidat insoumis. De ce fait, beaucoup craignent de voir l’émergence de « Mélenchon TV », plutôt que celle d’un média citoyen. Aude Rossigneux, future rédactrice en chef, est souvent interrogée sur ce sujet. Invitée de France Info, elle déclare « Ce ne sera pas le média de Jean-Luc Mélenchon », et explique d’où provient cette ambiguïté. L’été dernier, le leader de la France Insoumise a annoncé sa volonté de faire peau neuve à sa chaîne Youtube, en proposant notamment un JT tous les soirs. En parallèle, des proches de Jean-Luc Mélenchon, mais pas uniquement, lancent Le Média. « Ce sont deux choses différentes », conclut Aude Rossigneux. De plus, cette webtélé veut s’adresser à une « gauche large », aux différentes gauches. Parmi les signataires de la pétition, il y a certes des insoumis, mais aussi des socialistes, des écologistes et des communistes.

D’ailleurs, lors du lancement du 11 octobre, l’équipe a choisi l’humour pour clarifier les choses. Aude Rossigneux, alors présentatrice de ce JT ironique ,commence par évoquer « notre bien aimé Jean-Luc », puis lance le débat de fond « Pourquoi les dix-sept députés de la France Insoumise sont-ils tous aussi brillants ? », pour finir par demander si le livre de Jean-Luc Mélenchon, L’ère du peuple, ne mériterait pas le prix Goncourt. Ce faux JT veut montrer tout ce que le vrai ne sera pas, c’est à dire « Mélenchon TV », ou encore « France Insoumise TV ».

faux_jt

 Capture d’écran du faux journal télévisé présenté par Aude Rossigneux, future rédactrice en chef (Crédits : YouTube de Jean-Luc Mélenchon)

Un financement participatif

Dans une vidéo sur leur chaîne YouTube, la rédaction de ce nouveau média évoque le fait que « neuf milliardaires font le bonheur des médias grâce à leur généreuse participation ». Et de ces neuf milliardaires, aucun n’en sera le patron. Pour garantir son indépendance, les propriétaires seront les lecteurs et téléspectateurs, appelés « les socios ». Aussi, tout le monde ne participe pas à la même hauteur. Comme pour les impôts, ceux qui peuvent le plus payent le plus, et inversement. Ce qui semble en accord avec l’idéologie du média, à savoir la solidarité et l’égalité. Ce modèle économique permettra ainsi à Le Média d’être indépendant des groupes financiers et de la publicité.

Il ne nous reste donc plus qu’à attendre le 15 janvier 2018, date de lancement, pour pouvoir constater si Le Média sera celui de la gauche en général, ou celui de la France Insoumise.

Gaspard FLAMAND

Publicités