[INFOGRAPHIE] Non, l’ISF ne provoquait pas d’exode fiscal massif

Adopté vendredi 20 octobre, l’impôt sur la fortune immobilière remplace l’impôt sur la fortune (ISF), un impôt vivement critiqué car il ferait « fuir les riches ». Or, les chiffres montrent qu’ils sont extrêmement peu à quitter la France chaque année.

« Pour que notre société aille mieux, il faut qu’il y ait des gens qui réussissent. Trop, beaucoup trop sont partis ! » lançait Emmanuel Macron dimanche 15 octobre en direct sur TF1. Une phrase reprenant l’idée répandue selon laquelle l’impôt sur la fortune (ISF) ferait fuir les riches. Un impôt qui a, pour cette raison notamment, officiellement disparu vendredi 20 octobre au profit de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI). Pourtant, les chiffres montrent clairement que l’ISF ne provoquait pas de fuite massive. Seule une infime partie des Français assujettis à cet impôt a quitté la France chaque année. Pour la plupart des exilés, la pression fiscale n’est pas la cause principale qui les pousse à partir. Eléments de réponse dans l’infographie suivante :

infographie-isf

GUGLIELMINETTI Marvin

 

Publicités