Un stade rochelais taille patron

La rédaction de Buzzles était présente ce samedi soir au stade Marcel-Deflandre pour assister à la rencontre entre le Stade Rochelais et le Stade Toulousain pour le compte de la 8e journée du Top 14. Retour sur cette rencontre haute en couleur.

On attendait ce match comme le premier révélateur d’une saison qui s’annonçait comme celle de la confirmation pour La Rochelle et de la reconquête pour des Toulousains venus chercher un résultat en terre maritime. Après deux semaines de Coupe d’Europe où les enjeux étaient bien opposés pour les deux clubs : briller pour des Rochelais néophytes en Champions Cup et faire tourner pour les joueurs d’Ugo Mola en Challenge Cup. Il était donc question de podium et de marquer les esprits ce samedi.

La Rochelle

Légende : Le Stade Marcel Deflandre accueillait la rencontre entre le 3ème et 4ème du Top 14 (Crédits : R.R.)

Les imprécisions… 

Mais l’attente autour de ce match a eu raison du spectacle, au moins en première période. Les locaux portés par un public une nouvelle fois incandescent (voir plus bas), ont eu toutes les peines du monde à mettre leur jeu en place à cause de trop nombreuses maladresses qui auraient pu leur coûter cher. Heureusement pour eux, les Toulousains ne sont guère mieux rentrés dans leur match et ont fait preuve de fébrilité dans le camp adverse. Ce premier acte qui s’est donc résumé à des pénalités, beaucoup de pénalités (cinq au total) a tout de même vu quelques éclairs de génie et surtout une action collective de grande classe des Rochelais, initiée par un lancement en touche qui a amené le seul essai des 40 premières minutes par l’intermédiaire du talonneur Forbes pour un score de 13/9 à la pause.

… Avant le suspens 

Cependant au retour des vestiaires, les deux équipes montrent un tout autre visage et très vite le Stade Rochelais crée un premier écart. 20 puis 27-9 en 10 minutes grâce à deux essais de Sinzelle et Balès. On pense alors le match plié. Mais un festival du jeune international Antoine Dupont entraîne l’essai d’Aldegheri, et surtout un carton rouge infligé par l’arbitre Jérôme Garcès au deuxième ligne rochelais Demotte. On pense alors les Toulousains en mesure de renverser la partie comme l’avaient fait les Toulonnais en demi-finale la saison dernière… déjà contre La Rochelle et déjà après un carton rouge. Un essai dans la foulée de Sébastien Bézy permet aux siens de revenir à 30-21 et de redonner tout son suspens à ce match jusqu’alors si décevant. Mais Jérôme Garcès prend quelques minutes plus tard, une nouvelle fois, ses responsabilités et sort le carton jaune à l’encontre de Louis-Benoit Madole. On joue alors la 69e minute et c’est le moment choisi par La Rochelle pour accélérer de nouveau et définitivement clore ce match après un essai de Boughanmi, ils croiront même au bonus offensif en fin de match, mais en vain. Score final: 37-21. Grâce à ce score, les Rochelais montent sur le podium et doublent leur adversaire du soir avec 26 points, soit six de moins que le leader Lyon chez qui ils se rendront la semaine prochaine pour le choc de la 9e journée. Les Toulousains eux, auront à cœur de se reprendre devant leur public face à Bordeaux-Bègles.

Marcel-Deflandre : forteresse imprenable

Il était une époque où gagner au stade Marcel-Michelin de Clermont était impossible et constituait un exploit d’envergure. Depuis deux saisons maintenant, le stade Marcel-Deflandre a repris ce flambeau et a des allures de bastion imprenable où les Rochelais étrillent leurs adversaires un à un. Grâce à un public prêt à tout pour soutenir son équipe et qui à une nouvelle fois répondu présent avec un 25e match à guichets fermés de suite. Les maritimes se sentent constamment pousser des ailes et leurs adversaires se trouvent bien seul sur ce terrain si hostile pour les visiteurs. Dans leur antre de Deflandre, ils n’ont plus perdu depuis la première journée de la saison dernière, soit plus d’un an d’invincibilité. Une série qui n’est pour l’instant pas prête de s’arrêter et qui est à la hauteur des ambitions rochelaises pour cette saison 2017/2018.

Raphaël REDON

Publicités