Beausoleil : les cyclos grimpent le Mont des Mules

Dimanche 29 octobre, la tradition cyclotouristique de Beausoleil a été reconduite. La grimpée du Mont des Mules 2017 a relevé le niveau de son édition précédente avec un nombre de participants plus conséquent.

Ce dimanche 29 octobre, une quarantaine de cyclotouristes ont grimpé de la mairie de Beausoleil jusqu’au Devens et son Parc des Sports, soit un parcours de plus de trois kilomètres. Une épreuve physique de taille pour des coureurs, qui sont parfois sexagénaires, mais surtout un moment de partage. Les gagnants par catégorie sont Simona Massaro chez les féminines, Maura Monteleone parmi les « Grands Sportifs » et Mauro Porro en catégorie « scratch », chacun dans leur course respective.

Le Club Cycliste de Beausoleil (CCB) à l’origine de cette manifestation a mobilisé une quinzaine de bénévoles qui ont dû faire des pieds et des mains pour assurer le bon déroulement de toutes les courses. Gérard Gouttefarde, président du CCB, se dit « rassuré » en comparaison à l’édition précédente qui avait rassemblé bien moins de participants : « Pour une course comme la nôtre c’est déjà bien ». Les cyclotouristes qui n’ont pas la « licence course » ne peuvent donc pas participer à celles-ci, le CCB a à cœur de maintenir cette forme de cyclisme dans « tous les esprits ».

Sur ces trois kilomètres, c’est plus qu’un titre qui se joue mais réellement la subsistance d’une tradition cycliste loin des étapes du Tour de France, déjà largement sous les flashs. Gérard Destefanis, délégué au sport de la ville de Beausoleil félicite l’équipe organisatrice du rassemblement créé au Devens. Plus de 400 personnes se sont réunies à l’arrivée de la course pour accueillir leurs camarades prenant part à la compétition. Une ambiance joviale se réjouit G. Destefanis : « Je pense que les sportifs ont dû se faire plaisir à participer à cette compétition ». Quant à Raphaël Theleme, 2ème de la course « scratch », il confie : « Le coureur italien était beaucoup plus fort, il n’y avait rien à faire. J’étais à fond tout le temps et je suis vraiment content d’être là ».

Harold Girard

Publicités