Agression sexuelle : Quand Hollywood fait sa justice

Face à la multiplication d’accusations d’agressions sexuelles concernant des célébrités du cinéma américain, l’industrie cinématographique hollywoodienne décide de montre l’exemple. Kevin Spacey, Brett Ratner, Louis C.K, de nombreuses têtes tombent…

Longtemps silencieuse sur les agressions sexuelles perpétrées dans le milieu, Hollywood prend des mesures radicales envers les personnalités concernées. Kevin Spacey, acteur américain oscarisé deux fois pour Usual Suspect et American Beauty, pourrait perdre sa carrière. Tout a commencé avec le témoignage d’Anthony Rapp, comédien américain, publié sur Buzzfeed le 30 octobre. Les faits remontent à 1986. Kevin Spacey, 26 ans à l’époque, aurait enlacé le jeune acteur, âgé de 14 ans, pour ensuite lui monter dessus. L’acteur accusé s’est ensuite excusé sur Twitter. Il en a profité pour faire son coming-out, provoquant de nombreuses critiques. La réaction de Netflix est immédiate. Le 4 novembre, la plateforme américaine annonce le retrait de Kevin Spacey de la nouvelle saison de House of Cards, où il tenait le rôle principal. La saison 6 sera entièrement réécrite sans son personnage. Évincer le terrible Frank Underwood reportera de quelques mois la sortie de la saison, initialement prévue pour mai 2018. Netflix a également annulé la sortie du film Gore, biopic sur Gore Vidal, produit par l’acteur. Plus étonnant, Ridley Scott a retiré Kevin Spacey du long-métrage Tout l’argent du monde. La décision est surprenante. Le film avait été entièrement tourné pour une sortie prévue le 22 novembre aux Etats-Unis. L’acteur canadien Christopher Plummer reprendra le rôle de Kevin Spacey. Son salaire est estimé entre 250 000 et 400 000 dollars pour huit jours de tournage. Selon Variety, les reshoots – soit le tournage de nouvelles séquences – devraient dépasser les 10 millions de dollars. Un énorme challenge qui s’annonce pour Ridley Scott, qui a voulu conserver la date de sortie de son dernier film pour rester en lice pour les Oscar.

Bande-annonce du film «  Tout l’argent du monde «  de Ridley Scott, où l’on peut voir la performance de Kevin Spacey dans le rôle d’un M.Getty vieilli.

Du côté des blockbusters, l’omerta semble disparaître. Gal Gadot, interprète de Wonder Woman, refuse de tourner dans la suite du film si Brett Rattner est toujours impliqué dans la production du film, selon le tabloïd américain Pagesix. Le producteur et réalisateur américain est accusé de harcèlement sexuel, d’agression et aussi de viol, notamment par Olivia Munn et Natasha Henstridge. « Elle sait que la meilleure façon de frapper une personne comme Brett Ratner est de s’attaquer à son portefeuille, a commenté une source proche du dossier. Et que Warner est de son côté, alors que l’affaire prend de l’ampleur chaque jour. Un film sur l’émancipation féminine ne peut être financé, même en partie, par un homme accusé de comportements sexuels abusifs envers les femmes. » Suite à des accusations de cinq femmes, le comédien et humoriste américain Louis C.K a avoué s’être masturbé et avoir pratiqué l’exhibition. La sortie de son film I Love You, Daddy est annulé aux Etats-Unis, tout comme en France. Louis C.K. interprète double fictionnel de lui-même, qui voit sa fille (Chloé Grace Moretz) s’intéresser de trop près à l’idole de son père, un réalisateur de 68 ans (John Malkovitch), qui traîne une réputation de pédophile… La situation semble évoluer. Maintenant que l’industrie cinématographique s’est emparée du sujet, il s’agit de voir si Hollywood appliquera cette même logique à Woody Allen ou Roman Polanski, qui malgré les accusations de viol et une condamnation pour rapports sexuels illégaux avec mineure pour Roman Polanski, poursuivent leurs carrières sans soucis.

Roberto Garçon

 

Publicités