Village artistique de Noailles, un joyau négligé

Situé à Croix-des-Bouquets, à l’entrée de la localité de Remy, à environs 11 km de Port-au-Prince; le village artistique de Noailles est un bastion du fer découpé. Tous les jours des dizaines d’artisans viennent y travailler le fer, pour en faire des œuvres d’art. Ce petit village modeste représente la principale source économique des habitants. Pourtant, malgré son fort potentiel ; le village de Noailles est complètement négligé, voire même oublié des autorités.

La sculpture de fer, qui est la spécialité du village, est une pratique qui procède des techniques des arts de récupération. Cette pratique très présente dans l’art contemporain, a été initiée en Haïti plus précisément à Croix-des-Bouquets, en 1953 par Georges LIAUTAUD ; À en croire Serge JOLIMEAU, un ancien sculpteur, issu de la deuxième génération du village de Noailles.

(CRÉDITS © Garrody CHÉRY)

Dans une interview qu’il nous a accordé, Serge nous a fait une petite historique du mouvement, et s’est montré très optimiste quant à l’avenir du village : « […] Il y a de l’avenir dans le fer découpé. D’ailleurs, si on compare 1953 à 2017 on verra qu’il y a beaucoup d’évolution. Moi je fais partie de la deuxième génération du village artistique, et regardez tout ce que j’ai réalisé ! Regardez où en est le village ! Tout ça, c’est grâce au fer découpé. […] »

Nonobstant, les travaux réalisés durant toutes ces années, il reste encore beaucoup à faire, pour donner au village sa fière chandelle. Selon Gabriel BIEN-AIMÉ, un autre artisan issu de la deuxième ; on ne peut pas vraiment parler de progrès : « Aujourd’hui beaucoup de gens travaillent le fer, mais il n’y pas assez de résultats. Le village n’a pas fait assez de progrès. Certains artisans vendent leurs produits à vil prix aux étrangers. Moi, je préfère garder mes œuvres chez moi. […] »

L’artisan évoque aussi le manque de structure, et pointe du doigt les problèmes dont ils font face au village : « il n’y a pas de structure, pas d’encadrement. L’État se fout pas mal de nous. » poursuit-il. Mais malgré ces difficultés, le village artistique représente un vecteur économique important dans la communauté.

Le village artistique de Noailles, un potentiel économique endormi

Le village Artistique de Noailles attire bon nombre de touristes étrangers et locaux, qui viennent non seulement pour admirer, mais pour acheter les œuvres des artisans. Ce qui est très bénéfique pour la communauté crucienne, et qui par dessus tout donne à l’art haïtien une certaine visibilité à l’étranger. Serge JOLIMEAU, qui est conscient des biens faits du découpage de fer, en témoigne : « Croix-des-Bouquets n’était pas aussi fréquenté, mais de nos jours des étrangers viennent de partout […] Le fer découpé attire beaucoup de gens, et il nous permet aussi d’aller faire des expositions à l’étranger. L’artiste Jean Eddy REMY en est une preuve. Il a gagné le prix de la francophonie de 2009 qui a eu lieu au Liban, grâce à cette activité […] »

CRÉDITS © Garrody CHÉRY

Si pour certaines personnes, comme Serge, le fer découpé a beaucoup de retombées positives pour les habitants du village ; Gabriel, lui, n’est pas du même avis. D’après le sculpteur, les artisans travaillent beaucoup mais leurs œuvres n’ont pas assez de valeurs. Il pense que ceux qui pratiquent ce métier ne savent pas comment valoriser leurs produits. Il est même très sceptique quant à l’avenir du village : « l’avenir de la génération actuelle est incertain. D’après mon analyse, ces jeunes là vendent en désordre et à bas prix. Il faudrait les éduquer et aussi stopper la vente en désordre des pièces en fer. Il faut une politique commerciale. Ils ne voient pas s’ils travaillent seulement au profit des étrangers. L’activité du fer découpé est donc menacée […] »

Même si les avis se divergent sur ce que représente aujourd’hui l’activité du fer découpé, il est évident que cette activité est très bénéfique pour les habitants du village. À en croire bon nombres d’entre eux, près de 99% de leur revenu proviennent de là : C’est grâce au découpage du fer qu’ils arrivent à payer le loyer, l’écolage de leurs enfants, et s’occuper de leur famille.

Le fer découpé représente tellement pour le villageois de Noailles qu’ils ont érigé à l’entrée nord du village, une magnétiseuse statue en fer, communément appelée : “manman Feray“: une dame ayant dans la main droite un grand marteau et un burin qui représentent l’art du fer découpé, et dans la main gauche, un garçon représentant les habitants du village. Cette œuvre qui trône à l’entrée principale du village à une dimension mystique et symbolise la Notre-Dame du perpétuel secours. Une figure emblématique dans le panthéon du vodou haïtien.

Et justement, le vodou est très présent dans l’imaginaire créatrice des artisans du village de Noailles. Derrière chaque œuvre, chaque figurine se cache une dimension mystique. Mais malgré toute la valeur symbolique, esthétique et rôle économique de l’art du fer découpé pour les habitants de Noailles, le village reste très négligé par l’État. D’ailleurs, quand nous avons contacté les instances concernées dont le ministère de la culture, à ce propos ; ils n’ont pas daigné nous répondre. Ce qui montre un réel désintérêt de l’État haïtien pour la question artistique et culturelle du pays.

Reste que l’État haïtien mette en branle une politique culturelle avec des stratégies de commercialisation des œuvres d’art, pour faire du fer découpé un vrai pôle économique pour la communauté. Espérons que la récente visite de la première dame et de quelques officiels au village ne soient pas un simulacre gouvernemental de plus pour occuper les médias ; mais témoigne d’un réel intérêt de l’État à encadrer les artisans et développer le village, ce haut artistique et culturel du pays qui, malgré tout son potentiel, reste inexploré et mal exploité. Le village artistique de Noailles, un musée en plein à découvrir.

RÉDACTION : Jn Moundel AVRIL & Rodly SAINTINÉ

ASSISTÉ DE : Garoody CHERY

RÉVISÉ ET CORRIGÉ PAR : Frantz Kerby MATHIEU

Copyright : © EtendArt / IFJ / IUT-Cannes Journalisme / Buzzles 2017

 

Publicités