Star Wars : la saga décryptée par les fans

Star Wars : Les derniers Jedi, 8ème opus de la saga stellaire, vient de débarquer dans les salles obscures. Depuis 1977, Star Wars poursuit son chemin au cinéma grâce à l’engouement d’une communauté de fans intergénérationnelle, qui a vécu avec passion les hauts et les bas de la franchise.

Dans une galaxie lointaine existe une saga qui résiste à tous les obstacles depuis 40 ans : Star Wars. Désormais deuxième franchise la plus rentable du cinéma, l’aventure Star Wars débute en 1977 avec Star Wars : Un nouvel espoir et n’a depuis cessé de grandir et de s’enrichir autour de fans toujours au rendez-vous. Aujourd’hui, on compte 8 opus, trois trilogies et un spin-off (Rogue One). Pour Yannis, 20 ans, sa passion a débuté tôt : « Tout a commencé avec la première scène de l’épisode IV avec R2-D2 et Z6-PO et ma mère qui m’avait montré les films quand j’étais enfant. » Quant à Robin 23 ans, son premier souvenir remonte à la marionnette de Yoda, immortalisée dans la VHS de l’épisode V : L’empire contre-attaque. Romain, lui, a découvert la saga originale en VHS « sans les ajouts numériques dégueux de Lucas en 1997 ». Mais si la trilogie originale semble émerveiller le spectateur qu’importe l’âge à laquelle il la découvre, la prélogie est encore au cœur d’un débat qui écorche les fans.

 

 

Dans les années 1990, George Lucas, père fondateur de Star Wars, décide de relancer la saga. Cette suite prend la forme d’une préquelle et raconte les événements antérieurs à ceux de la trilogie à travers trois volets : La Menace fantôme (1999), L’Attaque des clones (2002) et La Revanche des Sith (2005). « J’ai détesté les 3 films de la prélogie, je les ai trouvés ratés malgré une histoire intéressante », explique Valentin, 27 ans. Quentin est plus modéré : « J’ai grandi avec la prélogie donc j’ai un attachement particulier avec elle, surtout avec l’épisode III que j’ai dû voir une dizaine de fois. » Selon lui, malgré des « effets spéciaux qui ont vieilli », les films « proposent une origin story intéressante et abordent l’univers différemment par rapport à la trilogie originale ». Pour Valery, 45 ans, qui a découvert l’épisode V au cinéma, « la prélogie est une machine à cash et Georges Lucas est un traître ». Yannis maintient que la prélogie est « excellente quoi qu’on en dise » même si elle possède des « imperfections qui ne sont que des détails ». Romain, lui, est entre les deux : « Je suis le premier à dire que la prélogie était mauvaise, mais Lucas osait proposer de nouvelles choses, quitte à trahir ce qu’il avait mis en place 20 ans plus tôt… »

 

 

« J’ai peur de l’overdose »

La deuxième trilogie a divisé par son parti pris et par une mauvaise exécution, mais ne calme pas la passion de Georges Lucas, qui veut produire des suites à ses films. Effectuer trois trilogies était mentionné depuis les années 80 dans les plans de George Lucas. Coup de théâtre en 2012 : la Walt Disney Company rachète Lucasfilm, société de production de Star Wars pour un montant estimé à 4,05 milliards de dollars. Le plan de Disney se déroule : une nouvelle trilogie va avoir lieu et se déroulera 30 ans après les événements de l’épisode VI. Tous les deux ans, un film dérivé de l’univers sera en salles. En 2015 sort l’épisode VII Le réveil de la force, un an plus tard le spin-off Rogue One. Entre les recettes au box-office et la vente de produits dérivés, l’épisode VII a récolté 5 milliards de dollars. « L’annonce d’une nouvelle trilogie ne me rassurait pas vu que ça sentait la grosse machine à pognon, mais plus le temps a passé plus je me suis ouvert à cette idée », explique Simon, qui a découvert la saga avec les figurines présentes dans une boîte de céréales durant la promotion de l’épisode I. Romain, 27 ans, reste fermé à cette idée : « Les nouvelles trilogies ne m’intéressent pas. Les films ne sont pas forcément scandaleux mais sont tellement lissés, aseptisés, en pilotage automatique… zéro prise de risque. » Prenant Rogue One comme exemple, il dit : « Je vois pas du tout où est la prise de risque en fait… Le film est toujours lié à l’arc narratif impliquant Dark Vador, Luke Skywalker. C’est un peu comme s’il ne se passait strictement rien d’autre ailleurs dans la galaxie quoi ! »

Yanis accueille avec enthousiasme l’arrivée des nouveaux films. Chaque sortie est « un vrai événement » pour lui. Il ajoute : « Je regrette simplement qu’ils ne varient pas les thèmes à approfondir et restent dans leur zone de confort. » Un spin-off réalisé par Ron Howard autour du personnage de Han Solo sort l’année prochaine. En novembre 2017, Disney a annoncé produire une nouvelle trilogie Star Wars qui sera menée par Rian Jonhson, réalisateur de l’épisode VIII, actuellement en salles. « J’ai peur de l’overdose », confie Emy, qui avait 11 ans à la sortie de La Menace fantôme.

 

Roberto Garçon

 

Publicités