Où en est le OM Champions Project ?

Cela fait maintenant plus d’un an que l’investisseur américain Frank McCourt a posé ses valises sur la Canebière. Accompagné de Jacques-Henri Eyraud qu’il a nommé président du club, il a annoncé à son arrivée vouloir faire de l’OM un club compétitif, avec le nom évocateur d’ « OM Champions Project ». Alors plus d’un an après cet investissement historique, où en est vraiment le projet olympien ?

Direction, dirigeants : 

Frank McCourt, milliardaire américain de 64 ans rachète le club de l’Olympique de Marseille le 17 octobre 2016, pour un montant avoisinant les 45 millions d’euros. Dès son arrivée, il décide de restructurer le club, il nomme Jacques-Henri Eyraud au poste de président. Un inconnu dans le football, mais qui espère bien s’inscrire dans la durée, à l’instar de ses prédécesseurs comme Bernard Tapie ou Pape Diouf.

Avec Frank McCourt, il va décider de faire confiance à une équipe dirigeante compétente dont les grands noms sont connus à travers le football européen. Le poste de directeur sportif est alors alloué à Andoni Zubizarreta. Ancien directeur sportif du FC Barcelone, c’est lui qui a fait venir de grands noms comme Neymar, Alexis Sanchez ou Luis Suarez dans le club catalan.

Le poste d’entraîneur est lui légué à Rudi Garcia. Ancien entraineur de Lille, champion de France en 2011, il a ensuite dirigé le club de l’AS Rome dans lequel il a été salué par les fans avec plusieurs places de dauphin derrière l’indétrônable Juventus de Turin et un retour dans la plus grande des compétitions européennes : la Ligue des champions.

Mêlant des visages connus du ballon rond à des personnalités nouvelles, Frank McCourt a réussi sur ce thème à offrir un beau visage à l’OM lors de cette première année d’exercice.

De gauche à droite, Rudi Garcia, Andoni Zubizarreta et Jacques Henri Eyraud forment un trio complémentaire (Meryll Vian/OM.net)

 

Recrutement, effectif :

Arrivé avec de grandes ambitions, McCourt n’a pas lésiné sur les moyens lors de son premier mercato. Il a fait revenir Dimitri Payet pour 29 millions d’euros, a acheté Morgan Sanson pour 12 millions d’euros. Cet été, Steve Mandanda, Olympien entre 2007 et 2016, est revenu dans les buts. Jordan Amavi, Luiz Gustavo, Adil Rami, Valère Germain entre autres sont venus renforcer le collectif marseillais. Même si le grand attaquant à 50 millions n’est pas venu et qu’il a fallu se contenter de Kostas Mitroglou, force est de constater que l’effectif olympien peut une fois de plus jouer l’Europe et se placer comme un candidat crédible à la Ligue des champions. C’est sur ce domaine du recrutement que va devoir se concentrer la direction prochainement pour ne pas passer à côté de certains joueurs comme ce fut le cas cet été avec Carlos Bacca, William Vainqueur ou encore Stevan Jovetic.

Les transferts réalisés cet été sont de grosses satisfactions. Mandanda a retrouvé son club et son état d’esprit, Rami dirige la charnière marseillaise, Luiz Gustavo règne en milieu de terrain écœurant ses adversaires et enfin Florian Thavin confirme toutes les promesses qu’il avait laissées entrevoir il y a quelques années lorsqu’il évoluait au Sporting Club de Bastia. L’ailier et international français fait un début de saison exceptionnel avec 8 buts et 8 passes décisives, il a un impact immense dans le jeu offensif de l’OM, qui est d’ailleurs la seule équipe à avoir marqué à chaque rencontre, et se place comme une alternative de choix pour Didier Deschamps en vue de la Coupe du Monde 2018. Thauvin transféré de Newcastle, est le Français le plus décisif sur l’année civile 2017 devançant Nabil Fékir ou encore Antoine Griezmann, il vient tout juste d’être élu joueur du mois de Novembre.

Centre de formation :

C’était l’un des grands chantiers que voulait gérer le président Eyraud. Cela a été fait d’une main de maître, car un grand club se doit d’avoir un centre de formation compétitif. Or, l’OM est dans ce domaine très loin de Lyon, Nice, Monaco ou encore Sochaux. Il fallait donc pratiquement repartir de zéro. L’OM a alors signé des partenariats avec plusieurs clubs de la région tels que Burel, Luynes ou encore Vivaux. Les jeunes Marseillais commencent à être intégrés à l’effectif pro. Boubacar Kamara, capitaine des U-19 et finaliste de la Coupe Gambardella la saison passée, a été très convoité par les clubs étrangers. Le « minot » a cependant décidé de débuter sa carrière de pro dans son club de cœur. Une victoire pour les dirigeants. Kamara a d’ailleurs disputé ses premières minutes en Ligue 1, dimanche 29 octobre lors de la victoire de l’OM à Lille sur le score de 1-0. Il rejoint Maxime Lopez, révélé l’an passé, mais qui connaît un coup de moins bien après avoir été sur les tablettes du FC Barcelone cet été. Autre dossier chaud chez les jeunes, la signature de Christophe Rocchia chez les pros. Si une fois de plus la direction trouve les bons arguments pour le garder, ce serait alors une nouvelle victoire.

Résultats :

Comme un signe, le premier match de l’OM avec Frank McCourt à sa tête était le choc face au Paris Saint Germain lors du « Classico ». Ce match s’était soldé par un match nul, 0-0. Au retour, les Marseillais avaient été humiliés par leurs rivaux 5 buts à 1, provoquant de vives réactions. Car même si les résultats contre les « petites équipes » sont corrects, il y a un problème lorsqu’il s’agit des cadors du championnat (Paris, Monaco, Lyon, Nice). L’an passé par exemple, l’OM ne s’était imposé que face à une équipe de Nice assurée d’être troisième à l’issue du championnat.

Luiz Gustavo, homme fort des Marseillais laisse éclater sa joie après son but face au PSG (Nicolas Vallauri)

Cette saison, la tendance s’est peut-être inversée. Outre la débâcle reçue à Monaco, 6-1, l’OM s’est imposé à Nice 4-2 et a tenu en échec le PSG (2-2) pourtant renforcé par son attaque à plus de 400 millions d’euros avec les transferts de Neymar et Kylian Mbappé pendant le mercato. Avec son 4-2-3-1, l’OM a trouvé la bonne formule et enchaîne les bons résultats. L’équipe de Rudi Garcia est sur une série de 12 matchs sans défaites en championnat (8 victoires et 4 matchs nuls). Il faudra compter sur l’OM qui se place en candidat plus que crédible pour une place en Ligue des Champions. Pour cela, il faudra se détacher de Lyon et Monaco, les deux autres candidats, puisque le PSG semble intouchable cette année et est déjà champion d’automne. Les poursuivants de Paris ont tous 35 points et ont 8 unités d’avance sur les Canaris du FC Nantes. La tendance devrait changer ce weekend. Lyon et l’OM s’affrontent dimanche soir au Groupama Stadium dans l’Olympico. Cet avant-dernier match avant la trêve pourrait sonner comme un coup de massue pour le vaincu pour la deuxième partie de championnat.

Marseille est également engagé en Coupe d’Europe avec la Ligue Europa et même si les matchs sont moins aboutis qu’en championnat, les Phocéens ont assuré l’essentiel : se qualifier pour les 16èmes de finale de la compétition.

En février, l’OM affrontera donc Braga dans une confrontation aller-retour pour une place en 8èmes de finale d’une compétition qui s’avère être très relevée cette année. Reste maintenant à savoir s’ils joueront à fond la Ligue Europa au détriment de pertes d’énergies et de potentielles blessures pour la suite du championnat.

Communication :

C’est le point noir de cette première année. Arrivé avec l’intention de rivaliser en peu de temps le PSG détenu par le Qatar depuis 2011, Frank McCourt s’est mis en difficulté tout seul. Et à Marseille ça ne pardonne pas ! Il a offert aux supporters marseillais un nom de projet qui les faisait rêver : l’OM Champions Project. Mais ce nom a vite été tourné aux ridicules par les détracteurs et certains consultants qui n’hésitent pas à le rappeler à chaque mauvaise performance. La communication de Jean-Jacques Eyraud n’est pas non plus exceptionnelle. Très accessible, il se laisse cependant facilement emporter, -peut-être la fougue d’un jeune président- comme en témoigne la séquence lors du mercato estival où il n’a pas hésité à dire aux supporters de prendre une tisane.

Frank McCourt n’hésite pas à se rendre au stade pour supporter son équipe (AFP)

Le grand attaquant tant espéré par les Phocéens et promis par la direction lors de l’été n’est pas arrivé. Les supporters marseillais s’en sont vu frustrés et certains demandaient déjà des comptes à McCourt. Heureusement, les bons résultats de cette première partie de championnat ont fait passer à autre chose et nul doute que si Frank McCourt vibre comme le 22 octobre dernier, il n’hésitera pas à sortir le chéquier lors du mercato hivernal, pour donner un nouvel élan, à son OM Champions Project.

Loris Biondi

 

Publicités