Les secrets de l’amour au cinéma

Plus vraies que nature, les scènes de sexe dans les films fascinent. Simulées ou pas simulées ? Les acteurs sont ils vraiment nus ? Voilà des questions que tout cinéphile s’est déjà posé. Buzzles vous donne des éléments de réponse.

« C’est très rare que ce soit vrai. Il s’agit d’une représentation. Même si les gestes sont vrais, on ne fait pas quelque chose de réel. » Quand elle parle de sexe au cinéma, la réalisatrice Dominique Cabrera, venue présenter son film Corniche Kennedy aux RCC, casse le mythe. En réalité l’acte,  « extrêmement chorégraphié», est planifié au geste près. La réalisatrice échange beaucoup en amont avec les acteurs, afin qu’ils soient « le plus sincère possible » tout en « évitant l’ambiguïté».

De son côté, la réalisatrice, actrice et juré du festival Caroline Deruas trouve que la plupart des scènes sont « mal foutues ». « Souvent, c’est presque brutal, ça ne reflète pas la douceur de l’acte», ajoute-t-elle. Dans son dernier film L’Indomptée, elle a privilégié une mise en scène plus sensuelle que sexuelle, « par pudeur : c’était déjà un grand pas pour moi ». 

Dans le film La vie d’Adèle, les scènes de sexe sont omniprésentes. (À droite Adèle Exarchopoulos. Crédit : YouTube)

Prothèses, coques, angles spécifiques…

Même si certains films, comme ceux de Lars Von Tiers ou Love de Gaspar Noé , mettent en scène des actes non-simulés, la plupart des scènes explicites que nous voyons au cinéma utilisent des subterfuges. Prothèses, coques, angles de caméra spécifiques… Les réalisateurs redoublent d’inventivité pour respecter la pudeur des acteurs tout en restant fidèle aux sentiments des personnages.

Dominique Cabrera confirme : « sur le plateau, tout le monde doit être respectueux, on fait en sorte d’être le moins nombreux possible». Pour Caroline Deruas, ce sont des scènes sensibles, intimes, qui se passent parfois mal. « Dans La vie d’Adèle, c’était éprouvant pour les actrices, surtout à cause du manque de dialogue avec le réalisateur. Certaines jeunes actrices sont parfois prises au piège, je pense à Maria Schneider dans Dernier tango à Paris », explique-t-elle. Caroline Deruas a connu l’appréhension qui peut précéder une telle scène : « les limites sont aussi là où l’acteur les fixe, il faut y réfléchir avant ». Se rencontrer, parler, se faire confiance : pour les deux réalisatrices, il s’agit des clés d’une scène de sexe réussie, aussi bien pour les acteurs que pour l’écran. 

Céleste Olivier

Guillaume Truillet

Publicités