Les chaînes Youtube d’enfants : exploitation ou loisir ?

Studio Bubble Tea, Swan The Voice, L’atelier de Roxane… Ces chaînes Youtube n’hésitent pas à mettre en scène des enfants et les exposer à des millions d’internautes. Buzzles plonge dans ce nouveau phénomène grandissant que représentent les vidéastes enfants.

Alors que Youtube est devenu l’espace privilégié pour créer son contenu et le partager avec les internautes, la plate-forme reçoit de plus en plus de chaînes où des enfants sont mis en scène. Ces chaînes gérées la plupart du temps par les parents des enfants connaissent un succès monumental. La chaîne Swan The Voice – Néo et Swan comptabilise 1 750 200 abonnés, Studio Bubble Tea est suivie par 1 055 021 abonnés et Démo Jouets par 480 023 abonnés. Elles partagent toutes des points communs : les enfants apparaissent toujours face caméra, les parents sont derrière la chaîne et les vidéos sont monétisées. Ce nouveau phénomène suscite le mécontentement de nombreux vidéastes sur Youtube. Le youtubeur Le Roi des Rats a consacré une vidéo aux deux frères de la chaîne Swan The Voice qui comprend des vidéos de dégustation, des vlogs, des covers ou encore de l’« unboxing ». En somme, tout ce qui est populaire sur le site Internet en ce moment. Le vidéaste insiste sur un « rythme de parution ultra-cadencé pour ces enfants trop jeunes ». En effet plus de 40 vidéos sont parues seulement sur le mois de juillet.

Une chaîne controversée

Le Roi des Rats souligne le professionnalisme du contenu et compare ces nouvelles célébrités aux enfants stars du cinéma qui se sont retrouvés exposés à des millions de personnes. A l’heure d’Internet et de la viralité, préserver une vie privée devient difficile lorsque l’on est vu par 500 000 personnes à chaque vidéo. La création d’une chaîne solo par Néo sous le nom de Néo The One a donné encore plus d’ampleur à la polémique. Autour des nombreuses vidéos cherchant à surfer sur le buzz, un site Internet a été créé, qui met en cause directement la mère des deux frères. La mère a répondu à travers la chaîne DramaZone (qui traite les affaires polémiques de la sphère de Youtube). Elle affirme avoir porté plainte contre ce « pseudo lanceur d’alerte » derrière qui se dissimulerait « un youtubeur connu, qui se cache sous des identités usurpées ». Si cette histoire fait couler autant d’encre, c’est car les chaînes pour enfants soulèvent des interrogations éthiques et juridiques.

 

 

La chaîne Studio Bubble Tea met en scène deux petites filles (une âgée de 10 ans, l’autre de 5 ans) dans une moyenne de parution d’une vidéo par jour sous la directive de leur père. A l’ouverture de la chaîne, les deux filles étaient âgées de 7 et 2 ans, sachant que l’âge requis pour être inscrit sur Youtube est de 13 ans. De nombreux commentaires soulignent le fait que les filles ne semblent pas toujours heureuses de faire ces vidéos et que le père semble n’être attiré que par la popularité et l’argent que génère le contenu de la chaîne. Cet appât du gain et de la célébrité peut avoir des conséquences désastreuses. En mai 2017, un couple a perdu la garde de deux de ses cinq enfants suite à des signalements d’internautes. En effet, les parents géraient la chaîne DaddyOFive où Mike Martin, un Américain originaire du Maryland, filmait les humiliations qu’il faisait subir à ses enfants. Les vidéos allaient de la destruction de consoles à coups de marteau à des blagues de mauvais goût faisant croire à leur fils qu’il était adopté.

Travailler comme des adultes

Stress, starification, surmenage de travail, les enfants youtubeurs sont soumis à ces diverses contraintes par leurs parents qui managent leur progéniture comme des employés lambda. Pour le pédopsychiatre Gilles-Marie Valet interrogé par 20 Minutes, « même si les parents assurent qu’il s’agit d’une demande de sa part, qu’il peut ne pas le faire s’il n’a pas envie, l’enfant va intégrer qu’il rend un service à son parent, cela devient alors très difficile pour lui de refuser ». Une soumission à ses parents que Néo the One a souhaité réfuter suite à des critiques issues des commentaires sur ses premières vidéos.

Néo avait clairement affirmé qu’il ne subissait aucun harcèlement dans son collège ou encore de sa maman. Il se félicitait d’ailleurs de sa starification, qu’il aimait qu’on le reconnaisse dans son établissement et qu’on le complimente sur son succès.

 

 

Les commentaires haineux et les dislikes (pouces négatifs) sur chaque contenu de ces chaînes peuvent être également difficiles à gérer pour des enfants jeunes. « S’exposer ainsi au monde entier peut comporter des dangers. Le buzz peut être positif ou entraîner des commentaires malveillants. Il faudrait ne pas autoriser les commentaires ou les vérifier avant leur publication », conseille Stéphan Valentin, psychologue au Journal des femmes.

Mise à part la difficulté pour des enfants de gérer cette médiatisation soudaine, ils profitent de bon nombre d’avantages grâce aux partenariats avec des entreprises privées. Sans débourser d’argent, les enfants ont ainsi accès à des cadeaux qu’ils mettent en scène sous la forme d’ »unboxing ». Cette banalisation de l’objet est également soumise à critiques. « Cela introduit un biais dans le rapport de l’enfant au jouet qui est banalisé. Si toutes les semaines, l’enfant reçoit pléthore de jouets, le désir s’étiole. Sur certaines vidéos, on voit d’ailleurs que l’enfant est dans une relation objectale, le jouet devient objet », ajoute Gilles-Marie Valet.

Cette rémunération cachée est également ajoutée aux revenus engendrés par les vues sur la vidéo. Chaque vidéo rassemblant près d’un million de vues, les parents ont ainsi la possibilité de réaliser de l’argent sur les vidéos de leurs enfants, sachant que ceux-ci n’auront accès aux revenus qu’à leur majorité. « Je trouve ça scandaleux et inacceptable que des parents utilisent leurs enfants à des fins rémunératoires », estime Martine Brousse, la présidente de La Voix de l’Enfant à LCI. « C’est une atteinte à leur intégrité et leur dignité d’enfant mais aussi de futur adulte. » Les chaînes Swan The Voice et Studio Bubble Tea n’ont pas donné suite à nos questions.

 

Roberto Garçon

Nicolas Pineau

 

Publicités