Les secrets des musées pour attirer toujours plus de visiteurs [1/2]

Plus de 60% des français n’ont pas mis une seule fois les pieds dans un musée en 2014. Face à ce constat, les musées se lancent dans une course à l’innovation. Dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, les conservateurs rivalisent d’originalité pour rendre leurs musées plus attractifs.

Riches collections, objets connectés ou encore multiplication d’expositions temporaires… Les musées de la région Provence-Alpes-Côte D’Azur (Paca) tentent d’être toujours plus attractifs. Face à un budget national alloué à la culture bien faible (seulement 1,1% du budget total de l’Etat en 2017), l’augmentation du nombre d’entrées est devenue une priorité pour les musées.

A l’heure où aller à une exposition n’est plus vraiment “tendance”, les conservateurs regorgent pourtant d’idées pour attirer toujours plus de visiteurs. Et ça marche ! Les résultats sont là. Depuis dix ans, le taux de fréquentation des galeries est en hausse. Grâce à ses 118 musées labellisés “Musée de France”, la région est première en nombre de musées, juste derrière l’Ile de France.

Visuel carte data musée

Cliquez sur l’image pour consulter notre cartographie des 20 musées les plus fréquentés de la région PACA. (L.B, A.C et M.D)

 

La concurrence fait rage entre les musées

Il faut proposer des expositions attractives, qui suscitent l’intérêt du public. On prend en compte ce paramètre dans nos choix d’expositions. On essaye de développer des partenariats avec les établissements culturels locaux. Il faut être original et savoir se différencier des autres. C’est le plus important” assure Cyril Dumas, conservateur au musée d’Histoire et d’Archéologie des Baux-de-Provence.

Les musées sont devenus un véritable marché concurrentiel. Cette situation est bien sûr bénéfique aux visiteurs qui disposent d’un large choix d’expositions. Musée archéologique, d’art moderne ou d’histoire, les expositions traitent d’un grand nombre de domaines culturels et sont régulièrement réalimentées en œuvres. Claude Sintes, directeur du musée départemental de l’Arles antique, confirme : Il faut renouveler régulièrement l’offre, soit par des collections soit par des expositions. Dans notre cas, nous avons la chance de pratiquer des fouilles qui permettent de montrer au public des objets spectaculaires et donc de créer l’intérêt.” 

Les conservateurs ont du mal à se démarquer les uns des autres : à part quelques mastodontes comme le Musée Océanographique de Monaco ou le Mucem à Marseille, les musées de la région restent dans un mouchoir de poche en termes de fréquentation. Ils doivent donc redoubler d’inventivité pour attirer les visiteurs.

Classement 2016 des musées

Cliquez sur l’image pour accéder au classement 2016 des 20 musées les plus fréquentés de la région PACA.

 

Des peintres stars pour attirer les foules

Picasso, Chagall ou encore Matisse. Ces peintres emblématiques sont les têtes d’affiche de différents établissements culturels. Ces musées spécialisés retracent l’histoire d’artistes, consacrant leur collection toute entière à leur œuvre. “Un grand nom, de notoriété publique apportera plus de monde qu’une exposition thématique. C’est un fait.” assure Cyril Dumas. En dédiant leur exposition à un maître de l’art, le musée bénéficie de sa célébrité, attirant les fans comme les simples curieux. Une recette qui fonctionne, comme en témoigne le nombre d’entrées du musée national Chagall à Nice. Troisième musée le plus visité du département des Alpes-Maritimes, il a accueilli 143.648 personnes en 2016.

 

Originalité, leur maître-mot 

Exposer l’œuvre d’artistes de renommée mondiale n’est pas le seul secret des musées de la région. Un établissement un peu spécial s’est installé en 2014 à Nice : le Musée National du Sport. A l’origine parisien, ce musée renferme plus de 45.000 objets et 400.000 documents. De la raquette de tennis de Yannick Noah aux maillots du joueur de basket, Tony Parker, ce musée spécialisé présente une collection entière consacrée à l’histoire du sport.

 

Des expositions temporaires pour susciter la curiosité

A cette immense exposition permanente vient s’ajouter des expositions temporaires particulièrement originales. L’intérêt de ces dernières ? Créer l’événement et s’intéresser à un sujet bien précis. Pour sa dernière exposition hivernale, le musée niçois propose d’explorer le monde du sport à travers 300 jouets. Barbie golfeuse et exemplaire de Steeple-chase miniature (course d’obstacles à cheval), tout le monde y trouve son compte. L’exposition “Jouez !” s’adresse aux enfants comme aux adultes nostalgiques, touchant alors un public complet. “S’il est trop tôt pour faire le bilan de l’exposition, on a des retours très positifs. C’est une manière différente de découvrir le sport et cela plait.” confie Thomas Fanari, responsable du développement et de la communication du musée.

Musée Infographie.png

Les nouvelles technologies repeignent les musées

La révolution numérique offre de nouvelles possibilités. Déjà 445 applications mobiles muséales ont été lancées depuis 2009. Souvent gratuites, elles permettent des visites d’un tout nouveau genre. Avec l’utilisation de la réalité virtuelle et des interfaces dynamiques, les nouvelles technologies promettent aux visiteurs une expérience inédite et ludique. Dans la région, le Musée Océanographique de Monaco est le précurseur du domaine. Depuis son site internet, il est possible de visiter virtuellement et en 3 dimensions l’intérieur du musée.

L’établissement monégasque a, par ailleurs, fait acquisition de lunettes de réalité virtuelle. Grâce à elles, le visiteur est plongé dans les profondeurs océaniques. Si ces nouveaux outils sont censés ouvrir les musées à un plus large public, ce sont les jeunes qui en sont les principales cibles. Plus interactives et surtout ludiques, les tablettes tactiles et autres objets connectés décuplent les possibilités pour le musée. Depuis son smartphone, le visiteur peut avoir accès à des informations annexes sur une œuvre, lui permettant d’optimiser sa promenade mais aussi de découvrir davantage. Ces nouveaux outils constituent une véritable mine d’information. Ils ont pour ambition de révolutionner les visites guidées, en les rendant plus accessibles et surtout gratuites. Une chose est sûre, on ne visitera plus les musées comme avant.

Arsène Chapuis, Lucas Beulin, Mathilde Durand

 

 

Publicités