Les artisans boulangers en quête de reconnaissance face à l’industrie

Les boulangers français revendiquent un artisanat et un patrimoine historique qui devraient être mis en avant.

Face à la concurrence des industries, les boulangers veulent se démarquer. L’installation de centres commerciaux au plus près des centres-villes fragilise la clientèle des boulangeries. Les artisans s’en plaignent, certains vont même jusqu’à réclamer l’interdiction d’ouverture de grands magasins en centre-ville. « Dans tous les pays on parle de la baguette. C’est le bon pain français » rapporte cette boulangère dont le commerce est situé à proximité du port de Cannes. « Tous les gens qui descendent des bateaux viennent acheter le produit français dans notre boulangerie ». La baguette est reconnue à l’international, mais en France, les boulangers dénoncent un manque de reconnaissance de leur travail.

Faire connaître le métier

Le plus important pour les artisans boulangers est de faire valoir leur métier. Le travail du pain est un savoir-faire ancestral avec des méthodes particulières. Pour cette employée, un boulanger est « quelqu’un qui pétrit et qui façonne », ce qui le différencie des commerçants qui réchauffent la pâte congelée. Pour valoriser le travail des artisans, des concours sont créés. Franck Guicquel a participé à la « Meilleure Boulangerie de        France » diffusée sur M6. Il témoigne de l’effet bénéfique de cette expérience sur son commerce. « Cela permet de montrer aux gens la façon dont on travaille, et de savoir ce qu’ils achètent ». Cela lui a aussi permis d’attirer une nouvelle clientèle et de fidéliser l’ancienne.

photo article boulanger

Les deux propriétaires du « Palais des pains » à Cannes souhaitent que la baguette entre au patrimoine immatériel de l’UNESCO. (© Léopold Court)

Une entrée au patrimoine de l’UNESCO

La Confédération nationale des boulangeries pâtisseries de France, qui représente pas moins de 32 000 boulangeries a pour projet d’inscrire la baguette française au patrimoine mondial immatériel de l’UNESCO. Cette idée, présentée à l’Elysée par Dominique Anract accompagné de 130 professionnels, est encouragée par le président Macron. M. Hayerzt, boulanger dans le 18ème arrondissement de Paris soutient le projet et témoigne de cette « culture unique » de la baguette en France. D’origine belge, il a pu constater la place de ce produit dans le patrimoine français. Il défend la singularité du métier par rapport aux pratiques observées dans les grands magasins. Les boulangers cultivent leurs différences à travers des « pains maison » qui font leur particularité. La baguette représente 74% du marché du pain en France, mais les boulangers cherchent à se diversifier, tout le monde possède sa « recette maison ».

Léopold Court

Aurore Coulon

Publicités