Le glyphosate : qu’est-ce que c’est ?

Ce samedi, l’Assemblée a voté contre l’interdiction du « glyphosate d’ici à trois ans », qui était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Herbicide controversé le plus utilisé au monde, mais accusé d’être nocif pour la santé, on vous explique ce qu’est cette molécule : le glyphosate.

Si vous suivez l’actualité, vous aurez certainement appris la mort de Fabian Tomasi, un fermier argentin, mort le 7 septembre dernier à 53 ans. Les photos éprouvantes de son corps déformé, amaigri, ont fait le tour du monde. L’argentin avait contracté une pathologie grave après avoir été exposé à du glyphosate lors de son travail d’agriculteur, ignorant alors sa dangerosité et ce durant de nombreuses années. Fabian Tomasi était devenu un symbole  dans la lutte contre cet herbicide.

En France, lors de sa campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait également promis d’en finir avec l’utilisation de ce produit. Une promesse récemment brisée, qui renforce le débat public à propos de cet herbicide. Mais alors, qu’est-ce que le glyphosate ?

 

De nombreux témoignages prouvent sa nocivité

Cette molécule se retrouve dans un herbicide vendu sur le marché sous le nom de « Roundup » depuis la fin des années 70 par le groupe américain Monsanto, maintenant propriété du groupe allemand Bayer. Ce type d’herbicide est utilisé par des agriculteurs du monde entier, car il permet notamment de désherber de grandes zones de culture à moindre coût. Selon la Commission Européenne, c’est l’herbicide « le plus fréquemment utilisé, à la fois dans le monde et dans l’UE ».

En 2015, la molécule du glyphosate a été déclarée comme étant « probablement » cancérigène par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), dépendant de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Et pourtant, en novembre, les états membres de l’Union Européenne ont voté la prolongation de l’utilisation des produits le contenant pour encore cinq ans.

Depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, la France s’est donnée trois ans pour bannir le glyphosate des utilisations principales et cinq ans pour l’arrêter complètement. Néanmoins, le 15 septembre dernier, les députés français ont décidé de ne pas inscrire dans la loi cette interdiction de l’herbicide controversé d’ici trois ans. Entre urgence écologique et décision politique, la marche semble encore trop haute.

LENA COUFFIN