[Mouans-Sartoux] Edouard Baudoin : « Un devoir d’accueil » pour les migrants de la vallée de la Roya

P1120728

Edouard Baudoin a rencontré de nombreux migrants dans la Roya. (Photo Adrian Rémy)

Des auteurs engagés, au festival de Mouans-Sartoux, ce n’est pas ce qui manque. L’auteur de bande-dessinée Edmond Baudoin en fait partie. Humains, la roya est un fleuve, est le titre de son dernier ouvrage, réalisé avec Troubs, un autre dessinateur. Tous deux ont sillonné les plaines et les dunes de la vallée de la Roya, pour livrer un témoignage puissant sur un sujet qui leur tient à coeur : les réfugiés bloqués à la frontière franco-italienne. Déjà en 2011 et 2013, les deux acolytes s’étaient rendus au Mexique et en Colombie pour dresser des portraits de migrants. C’est maintenant près de chez lui qu’il part rencontrer ces exilés.
“Je suis niçois, la vallée de la Roya, ça me concerne, affirme Edmond Baudoin. Pendant l’été 2017, j’y suis retourné très régulièrement.” Au fil des pages et des croquis, de nombreux visages d’hommes, jeunes et moins jeunes. Parfois, une phrase les accompagne. Comme celle d’Emad, qui vient du Soudan. “Je suis jeune, et très vieux. Je veux croire que je peux commencer une nouvelle vie.”

Des rencontres fortes

“Quand je fais des portraits de jeunes, de gamins, j’aime bien les regarder dans les yeux, avoir un contact visuel. Mais beaucoup ne voulaient pas, raconte l’auteur. Un Afghan est venu m’expliquer qu’en Afrique, c’est impoli de regarder un vieux dans les yeux. J’ai dû leur expliquer que c’est ce que je recherchais, puis j’ai pu les dessiner.”

Des rencontres qui ont profondément marqué l’auteur. “J’ai vu plein de belles choses. Là-bas, tu touches à la vie, conclut Edmond Baudoin. Ces gens viendront quoi qu’il arrive, nous devons les accueillir.”

Gaspard Flamand