octobre 08

Plan vélo : le gouvernement en selle ?

Le gouvernement a présenté, vendredi 14 septembre, par la voix d’Édouard Philippe, son plan vélo. Les défenseurs de la petite reine l’attendaient avec beaucoup d’impatience, la France pointant au 25émerang européen pour l’utilisation du vélo.

Ce n’est pas la première fois qu’un gouvernement tente d’étendre l’usage du vélo. Cette fois-ci, 25 mesures concrètes vont être mises en place. Peut-être l’occasion de sortir notre vieux vélo du garage ?

Ce plan national s’attaque à différents enjeux : aides financières pour l’achat de vélo à assistance électrique, sécurité et lutte contre les vols, la présence d’un volet éducatif pour sensibiliser les plus jeunes à la bonne utilisation du vélo. Enfin, pour les employés qui se rendent au travail avec, ils bénéficieront d’une indemnité comprise entre 200 et 400 euros par an.

Repenser les villes, aides financières, santé publique, un étudiant en géographie et transports livre son témoignage sur les mesures à prendre en matière de développement du vélo. Il estime qu’il faut « extraire la voiture du centre-ville », et lever des moyens importants pour avoir des infrastructures assurant la sécurité des cyclistes. Il prône l’instauration d’une véritable « culture du vélo » :

Ce gérant d’un magasin de vélo sur Cannes, demande l’instauration d’un code de la route propre aux cyclistes, afin de lutter plus efficacement contre une hausse de la mortalité chez ces usagers :

Réseau Action Climat estime toutefois que le budget de ce plan n’est pas suffisant, qui est de 350 millions d’euros sur 7 ans. L’objectif de l’État est de passer de 3 à 9 % la part du vélo dans les déplacements quotidiens. L’enjeu, inciter les français à abandonner leur voiture au profit du vélo dans leurs déplacements quotidiens. Enjeu essentiel pour le futur de nos villes.

Elliott Sentenac

Guillaume Laclotre