Le remaniement gouvernemental ne convainc pas

Bayrou, Hulot, Flessel… Les départs se succèdent au fil des mois au gouvernement. La démission du ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, est le septième départ du gouvernement depuis l’élection d’Emmanuel Macron et sonne le coup d’arrêt de la machine macronnienne. Mais comment les Français réagissent-ils à ce nouveau remaniement ?

Tout commence le 1er octobre dernier lorsque Gérard Collomb présente sa démission au Président de la République. Une démission qu’il refuse, puis accepte finalement le lendemain. Dès lors, Emmanuel Macron demande immédiatement au Premier ministre d’assurer l’intérim dans l’attente de la nomination de son successeur. C’est une situation rarissime sous la Ve République, mais cela a permis au chef de l’État de préparer avec Édouard Philippe leur troisième grand remaniement ministériel.

 

Il aura fallu attendre le mardi 16 octobre, près de deux semaines après l’annonce de la démission de Gérard Collomb, pour enfin connaître les nouveaux ministres du troisième gouvernement. « La démission du ministre de l’intérieur reflète un vrai problème pour l’exécutif, c’est la conséquence des polémiques et des affaires de ces derniers mois » souligne Ralph Parisot, jeune adhérent Les Républicains. De nombreux noms ont été évoqués pour investir la place Beauvau, entre Jean-Yves Le Drian, Christian Estorsi ou encore l’ancien patron de la police et proche de Nicolas Sarkozy, Frédéric Péchenard, c’est finalement le délégué général de La République en Marche, Christophe Castaner qui devient ministre de l’intérieur. Il sera épaulé par Laurent Nuñez, qui dirigeait jusqu’alors la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI). Le député (Agir) Franck Riester remplace Françoise Nyssen à la culture, mais c’est la nomination de la secrétaire d’État auprès de la transition écologique, Emmanuelle Wargon, qui est largement critiquée. En effet, cette énarque de 47 ans, ancienne camarade de promotion d’Edouard Philippe, est “l’ex-lobbyiste en chef de chez Danone”, 4èmeplus gros pollueurs de la planète en terme de plastique . De quoi faire grincer des dents bons nombres d’élus de l’opposition : “On avait l’habitude de voir le parlement européen gangrené par les lobbyistes et on se rend compte que c’est maintenant le gouvernement qui est composé de sorte à satisfaire l’intérêt de grands groupes plutôt que celui des Français” souligne Rafaël Quessada, membre du bureau départemental du mouvement de jeunesse du Rassemblement National.

Six français sur 10 sont insatisfaits de la composition du nouveau gouvernement

remaniement

Ce sondage a été réalisé par Odoxa-Dentsu-Consulting, sur Internet les 16 et 17 octobre 2018. (©Elabe)

Du côté de l’opposition, “ce remaniement est extrêmement révélateur de l’impopularité croissante du Président et de son gouvernement” explique Rafaël Quessada. Pour Ralph Parisot (LR), « les Français n’écoutent plus Emmanuel Macron, un désamour est né. Ils veulent de l’action et de la compréhension vis à vis de la situation actuelle».  Par ailleurs, cet énième remaniement ne changera pas la perception qu’ont les citoyens à l’égard du chef de l’État. En effet, six Français sur 10 se disent insatisfait de la composition du nouveau gouvernement et 58 % des sondés regrettent l’absence de “changement de cap”, selon un sondage Odoxa-Dentsu-Consulting publié mercredi 17 octobre. Beaucoup estiment que cette nouvelle équipe mènera la même politique que le gouvernement précédent. Seuls les sympathisants LREM se déclarent tout de même satisfaits de ce remaniement.

Arno TARRINI et Valentin RIVOLLIER