Bob l’Eponge devient orphelin, son créateur est mort

L’Américain Stephen Hillenburg est décédé des suites de sa maladie le 26 novembre dernier à l’âge de 57 ans. Son personnage de dessin animé, Bob l’éponge, est toujours autant apprécié des téléspectateurs.

photo une bob l'éponge .jpg

Stephen Hillenburg avec son personnage Bob l’éponge en 2011 (Crédit : Carlos Cazurro)

Stephen Hillenburg, le créateur de Bob l’éponge, est mort le 26 novembre à l’âge de 57 ans.  Il souffrait d’une maladie neurodégénérative qu’on appelle Maladie de Charcot, la même que Stephen Hawking. Son dessin animé, Spongebob Squarepants, lancé en 1999 et diffusé par la chaîne américaine Nickelodeon, met en scène Bob l’éponge, un personnage en forme d’éponge, autant optimiste que naïf vivant au fond de l’océan Pacifique dans la petite ville de Bikini Bottom. Entouré de ses amis, Patrick l’étoile de mer, Carlo le poulpe et Mr Krabs, il voyage à travers son existence, d’aventures en aventures, ne voyant que le positif partout.  Près de vingt ans plus tard, l’émission est diffusée dans plus de 150 pays et connaît un tel succès que de nouveaux épisodes continuent d’être produits. Bob a même été nommé par Entertainment Weekly comme un des « 100 meilleurs personnages des vingt dernières années ». Le créateur de la série d’animation était à l’époque professeur en biologie marine à Dana Point, en Californie. Passionné par les océans, c’est ce qui lui a inspiré son héros sous-marin. La série fait d’ailleurs des allusions à la préservation de l’océan Pacifique et à l’impact des humains sur les mers et océans. La renommée du personnage carré a traversé les secteurs jusqu’à la science puisqu’une nouvelle espèce de champignons découverte en 2011 a été nommée spongiforma squarepantsii.

Bob l’éponge, un programme plus profond qu’il ne parait

Derrière son apparence de dessin animé pour enfants sans réel intérêt philosophique et politique, l’animation de Stephen Hillenburg fait passer de nombreux messages. Un des plus importants est que chaque protagoniste représenterait un des sept péchés capitaux. Bob représente le désir, Patrick Etoile représente la paresse (il passe son temps à dormir et ne travaille pas), Carlo toujours énervé est la colère. Mr. Krabs, qui ne veut jamais dépenser ne serait-ce un centime, est l’avarice, Gary l’escargot domestique de Bob est la gourmandise, Sandy l’écureuil, amie et parfois amour de Bob, serait l’orgueil. Et pour finir, Plankton, l’ennemi juré de Mr. Krabs, qui passe sa vie à vouloir voler lui voler sa recette de Crabby Patty, est la luxure. Autre grande théorie mise en lumière par les fans, tous les personnages de la série seraient des résultats d’essais nucléaires. En effet, l’intrigue se passe au fond du pacifique, endroit préféré des gouvernements pour mener des essais nucléaires. On pense notamment à Moruroa, île de Polynésie française ayant servi de lieu d’expérimentation à 138 essais nucléaires français. Les personnages n’ont d’ailleurs pas l’air tout à fait normaux, le personnage principal est une éponge et Gary, par exemple, est un escargot qui miaule. Etrange.

Un dessin animé pas du goût de tous

Malgré son côté désinvolte et innocent, la série marine a tout de même réussi à énerver de nombreuses personnes. En 2012, par exemple, l’équivalent du CSA ukrainien avait voulu censurer le programme. Les raisons : la relation entre Bob et Patrick, que les censeurs jugeaient ambigüe, voire homosexuelle. Le risque selon eux ? Le dessin animé dévergonderait les enfants. L’apparition du protagoniste de la série dans une vidéo promouvant la diversité a aussi été critiquée aux Etats-Unis. Selon l’association évangélique Focus on the family, la vidéo et donc le personnage feraient la promotion de l’homosexualité. Pour défendre sa création, Stephen Hillenburg a affirmé que lors de l’invention de Bob, il aurait presque considéré le personnage comme « asexuel ».

LENA COUFFIN ET ULYSSE GOLDMAN