janvier 07

L’URBEX, UNE AVENTURE EN VOGUE

Aujourd’hui de petits groupes d’adeptes découvrent et visitent des lieux abandonnés, souvent interdits, cachés ou difficiles d’accès.

capture d_écran 2019-01-07 à 10.50.43

Le salon d’une bâtisse abandonnée en Normandie © Charlotte Quéruel

 

Une sorte de tourisme alternatif

Ces aventuriers des temps modernes fouillent et explorent les entrailles du passé pour y dénicher des trésors oubliés. Méconnu il y a encore quelques années l’urbex, contraction de « urban exploration » en anglais, s’est démocratisé et rassemble aujourd’hui un large public d’initiés. Parcs d’attractions désertiques, hôpitaux abandonnés, châteaux en décrépitude, usines désaffectées sont le terrain de jeux de ses curieux passionnés. Ils prennent des photos, filment leurs découvertes ou simplement visitent et s’émerveillent. Pour eux, ces expéditions ont pour vocation de faire revivre le passé, de sauver ces bâtiments de l’oubli et en un sens de les préserver.

Discrétion et respect

Malheureusement il n’est pas rare de découvrir des endroits détruits par des casseurs et des squatteurs. Les « vrais » explorateurs ont un code d’honneur, comme une règle tacite que tous respectent. Il est interdit de forcer l’accès d’un lieu, de détériorer et de voler. De plus, garder secrète l’adresse d’une exploration est très fortement conseillé pour en préserver l’accès.

La recherche du « spot » de rêve se mérite. Souvent difficiles à trouver, ces précieuses adresses sont rarement divulguées. Alors une chasse au trésor commence, d’abord sur internet. Une photographie interpelle, une histoire se partage sur les sites spécialisés et en un instant les chasseurs partent à la recherche du moindre indice. Puis le travail se poursuit sur le terrain.

Bien que très attirante, cette pratique est totalement illégale. Entrer sans autorisation dans un espace privé constitue une infraction. Cette tendance est également dangereuse : ces vieilles bâtisses sont bien souvent très abîmées et peuvent cacher de mauvaises surprises. Ne pas s’y aventurer seul est la règle d’or !

capture d_écran 2019-01-07 à 10.50.58

Une des seules pièces meublées de la bâtisse, un instant figé dans le temps © Charlotte Quéruel

Charlotte Quéruel