janvier 18

Elle reconstruit l’histoire de son arrière-grand-père poilu

L’arrière-petite-fille du soldat Gabriel Gambin demande de l’aide pour compléter les mémoires de l’ancien combattant

Acte de naissance.png

Acte de naissance de Gabriel Gambin @archives départementales du Vaucluse

Des lettres, des photos, des souvenirs. Presque un journal intime. “Gabriel Gambin aurait eu 120 ans ce 16 novembre dernier”, raconte son arrière-petite-fille, Juliette Lo Faro. C’est ce même jour que sa grand-mère lui montre les écrits de Gabriel, soldat français pendant les deux guerres mondiales. Juliette se plonge alors dans son histoire : “Il avait mon âge lorsqu’il a dû partir combattre”. Elle ajoute qu’on ressent, à travers ses écrits, la fierté de partir sur le front puis l’horreur des champs de batailles. “Un acte patriotique qui s’est transformé en traumatisme, écrire ses mémoires était sûrement important pour lui”.

Un travail de recherches minutieux qui demande du temps

Il n’y avait malheureusement pas assez de matière pour que Juliette retrace parfaitement le parcours de son arrière-grand-père. Elle demande de l’aide par voie de presse : “Chaque détail ajoute un plus à l’histoire”. Florent Fassi, Président Fondateur du Cercle Généalogique Maralpin, la contacte. La généalogie militaire, c’est sa spécialité : “Retracer une histoire comme celle de Gabriel est un très long processus”. Il existe des sites internet, que Florent Fassi a conseillé à Juliette, et qui lui permettront de retrouver notamment, l’acte de naissance de son arrière-grand-père. Il a été blessé durant la guerre, il avait un jumeau… Il lui explique aussi comment retrouver son matricule, et qu’il existe des comptes-rendus de chaque journée passée au front. Une grande surprise pour Juliette qui en apprend plus chaque jour.

“Ce serait dommage que cela reste dans les tiroirs”

Juliette ne s’attendait pas à un tel engouement de la part de professionnels mais aussi de particuliers, après la création de son compte Facebook “Mémoires d’un poilu”. De nombreuses réactions qui réjouissent Juliette : “Ce serait dommage que cela reste dans les tiroirs”. Son but : faire de cette aventure un livre. Le travail n’est pas terminé : “Je cherche toujours des personnes prêtes à s’investir dans mes recherches”.

GANDY Jeanne & GUIGNARD Lauryne