janvier 22

Disparition d’une figure emblématique de l’hôtellerie française à Nice

Jeanne Augier, propriétaire et gérante du palace Negresco, est décédée cette nuit à l’âge de 95 ans.

thumbnail_img-3306

Pendant un mois le drapeau français sera en berne au Negresco.
Photo / Clara Monnoyeur

« C’était la Madame Thatcher de l’hôtellerie française » déclare un directeur d’hôtel qui connait sa réputation dans le milieu hôtelier.
L’emblématique « Madame » ainsi nommée par ses employés, a fait de l’établissement de la promenade de Nice un lieu mythique. Sa façade néoclassique et sa célèbre coupole rose sont connues dans le monde entier.

À la fois appréciée et redoutée

Pendant plus de 60 ans, Madame Augier a géré « d’une main de fer » le Negresco. Elle était très exigeante envers ses employés mais « respectée et aimée de tous » explique ce directeur.
À l’entrée du personnel, une femme de chambre travaillant à l’hôtel depuis 30 ans confirme : « Gentille, elle s’est battue pour nous, même dans les moments difficiles ». « L’ambiance est très triste aujourd’hui » confie-t-elle. Cependant une autre employée explique que c’était « une femme très dure ».

 

 

« La dernière grande figure de l’hôtellerie française »

Mêlant autoritarisme et esprit familial, « Madame » a su diriger son l’hôtel avec poigne. « Elle représentait l’âme de cet hôtel » raconte Armando voiturier du Negresco. Il se souvient d’une femme « très attachée aux traditions ». Les voituriers sont toujours habillés à la manière des cochers du début du XXème siècle. Armando vêtu de son collant rouge et de son costume bleu se rappelle : « sévère mais juste, elle exigeait toujours que les boutons en cuivre de nos costumes soient bien astiqués ».

Le palace aujourd’hui

Par son implication, Jeanne Augier a permis de promouvoir son hôtel à l’international, c’est aujourd’hui « l’un des derniers palace français de la Riviera » précise un directeur d’hôtel de la côte. « Il faut espérer qu’il reste dans le patrimoine français comme l’avait souhaité Jeanne Augier » insiste t-il. En effet, n’ayant pas d’hériter, Jeanne Augier a créé un font de dotation permettant de continuer à faire vivre l’hôtel après sa disparition, tenant à ce que cet établissement légendaire reste dans l’héritage culturel français.

Clara Monnoyeur & Charlotte Quéruel