Emiliano Sala, de la joie au drame

Disparu ce lundi en survolant les îles Anglo-Normandes en direction de Cardiff, où il comptait poursuivre sa carrière, le footballeur argentin Emiliano Sala n’a toujours pas été retrouvé. Alors que beaucoup commencent à perdre espoir, le monde du football est extrêmement touché. Retour sur la carrière d’ « Emi », comme l’appellent  ses proches.

Italo-Argentin né le 31 octobre 1990 à Santa Fe en Argentine, Emiliano Sala a commencé sa carrière de footballeur en Europe en 2010. C’est le club « Proyecto Crecer », basé à San Francisco en Argentine, qui repère ses talents et le recrute. Ce centre de formation a la particularité d’avoir un partenariat avec le club des Girondins de Bordeaux depuis 2004. Bordeaux a depuis su exploiter à bon escient cet accord, en recrutant plusieurs étoiles montantes du football Argentin. Premier fruit de ce partenariat, Emiliano Sala a débarqué en 2010 sur la côte Atlantique, après avoir passé cinq ans au sein de ce club. Alors âgé de 20 ans, il effectuera une saison avec l’équipe réserve, avant de parapher son tout premier contrat professionnel avec le club.

Un début de carrière mouvementé

C’est le 8 février 2012 que le jeune joueur, du haut de ses 21 ans, effectue ses débuts chez les professionnels. Il entre en jeu durant la deuxième mi-temps, lors d’un match où les Girondins s’inclinent 1-3 face à l’Olympique Lyonnais. Ne faisant pas partie des plans de l’entraîneur Francis Gillot la saison suivante, il est alors prêté à l’US Orléans, club de national (3e division française). Il y réalisera une bonne saison, inscrivant un total de 19 buts en 37 matchs. Dans la même situation la saison suivante, l’argentin dépose finalement ses bagages à Niort (2e division), toujours dans le cadre d’un prêt. Il y réalise une saison similaire à la précédente, inscrivant 18 buts pour 37 matchs. C’est lors de la saison 2013-2014 que l’attaquant de pointe va réellement faire ses débuts avec Bordeaux. Le nouvel entraîneur Willy Sagnol lui a fait savoir qu’il comptait sur lui avant le début de l’exercice. Titularisé dès la première journée, il inscrira son premier but une semaine plus tard, lors d’une large victoire contre l’AS Monaco (4-1). Malgré ces débuts encourageants, ce dernier sera vite mis de côté à cause de l’émergence d’autres talents, comme Thomas Touré. Suite à cette première moitié de saison décevante, il sera encore une fois prêté, lors du mercato hivernal. Après avoir connu les 2e et 3e échelons français, il rejoint ce coup-ci le club de Ligue 1 du Stade Malherbe de Caen. Un prêt de 6 mois, qui s’avèrera plus que convaincant. Lors de ses cinq premiers matchs, il inscrit un total de quatre buts, et réalise deux passes décisives. Des performances qui lui valent le titre de joueur du mois de février en Ligue 1. Malheureusement, cette fin de saison réussie ne lui permet toujours pas de figurer dans les plans des Girondins.

Emiliano Sala sous le maillot des Girondins de Bordeaux.

L’arrivée au FC Nantes, et la confirmation

Il signe alors avec le FC Nantes en juillet 2015, contre une somme d’un million d’euros. S’il n’est pas le joueur le plus technique, à une époque où beaucoup de clubs cherchent des attaquants dribbleurs et rapides, sa détermination et sa combativité lui permettront de faire son trou en Loire-Atlantique. Après deux bonnes saisons, il devient réellement la star des « Canaris » lors de l’année 2018. Après une fin de saison 2017-2018 fracassante, il entame la suivante sur le même rythme : 12 buts entre août et décembre, dont un triplé monumental contre Toulouse en octobre, et un titre de joueur du même mois de Ligue 1.  Pour les supporters Nantais, Emiliano Sala était plus qu’un joueur. Il a réussi presque à lui seul à maintenir son équipe à l’écart de la zone de relégation (12 des 29 buts des canaris ont été marqués par Sala). A l’arrivée du mercato hivernal, tous les fans du club craignent alors un départ de leur attaquant fétiche. La désillusion fut alors immense lorsque le 19 janvier 2019, son transfert vers Cardiff, alors reléguable en Premier League (championnat anglais), contre la somme de 17 millions d’euros était officialisé. Deux jours plus tard, le joueur qui venait de signer son contrat au Pays de Galles, était revenu dire au revoir à ses coéquipiers du FC Nantes.

L’attaquant argentin ornant le maillot du FC Nantes.

Du bonheur au drame

Ce soir du 21 janvier, Sala se rendait à l’aéroport pour revenir au Pays de Galles, et enfin pouvoir s’entraîner sous ses nouvelles couleurs. Juste avant de monter dans l’avion, ce dernier confie de manière ironique à son ami et ex-coéquipier Nicolas Pallois, qui le raccompagnait à l’aéroport, que le voyage allait mal se passer. Embarquant dans l’avion aux alentours de 19h30, le futur joueur de Cardiff envoie alors un message vocal à plusieurs de ses proches : « Salut mes frères, comment ça va ? Je suis fatigué. J’ai passé la journée à Nantes, à faire des trucs et des trucs et des trucs… Ça n’en finissait plus. Je suis dans l’avion, on dirait qu’il est sur le point de tomber en morceaux. Je vais décoller pour Cardiff. Demain après-midi, je commence à m’entraîner avec ma nouvelle équipe, on va voir ce qui va se passer. ». Il renvoie par la suite un second message vocal, plus inquiétant : « Comment allez-vous les gars ? Si dans une heure et demie vous n’avez pas de nouvelles de ma part… Je ne sais pas s’ils vont envoyer quelqu’un me chercher parce qu’ils ne vont pas me trouver… Qu’est-ce-que j’ai peur ! ». Le lendemain, les médias annoncent alors qu’un avion de tourisme a disparu des radars en survolant les îles Anglo-Normandes aux alentours de 20h30. Vers midi, les autorités confirmeront que l’argentin était bien passager de ce vol. Après des recherches intensives durant la soirée et la journée de mardi, qui ne donneront aucun résultat, le monde du football a réagi en masse sur l’ensemble des réseaux sociaux. Le soir même, un immense hommage a eu lieu à Nantes, Place Royale, réunissant plusieurs centaines de personnes. Tous étaient venus déposer une tulipe jaune ou une bougie en hommage à Emiliano, le grand guerrier Nantais.

Les supporters ont rendu hommage à Emiliano Sala Place Royale à Nantes.

Jeudi, près de trois jours après le drame, les recherches ont été stoppées, faute de résultats. Malgré tout, la France du foot pousse à travers les réseaux sociaux pour que ces recherches se poursuivent. Outre-Manche, cette disparition a aussi touché. Le président du club de Cardiff s’est exprimé, expliquant être « très inquiet ». Le club a également décidé d’annuler l’entraînement de mardi dernier. Les supporters du club gallois se sont eux aussi réuni, sur le parking du Cardiff City Stadium, où ils ont déposé des jonquilles et des écharpes bleus et blanc, tout en priant pour Emiliano Sala. En attendant, le monde du football espère pouvoir enfin lever le doute au sujet de cette triste disparition.

Le parking du Cardiff City Stadium, recouvert de jonquilles et d’écharpes en hommage à 
Emiliano Sala.

Quentin Ruda